RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Dim 5 Oct - 14:29






Une rose, un chat, une plume et un serpent...





Le soleil s'était couché depuis longtemps quand Alysse finit par rentrer chez elle. L'air sentait les feuilles mouillées et la fin des vacances d'été et la jeune fille avait même dû se rendre à l'évidence : le temps des débardeurs le soir était révolu. Quel dommage.

Embrassant le cottage du regard, Alysse hissa son sac sur son épaule, prit une grande inspiration jusqu'à ce que l'odeur de chez-elle la fasse sourire, puis elle remonta l'allée de graviers jusqu'à l'entrée de la maison, appréciant le crissement familier sous ses pieds. Elle revenait d'une dizaine de jours de vacances à Castlebar chez la famille de sa mère, une vieille famille irlandaise de sangs-purs radicalistes et peu discrets sur ce fait, des gens qui la gâtaient depuis le jour de sa naissance comme si elle était la petite perle de la famille. Ça lui convenait parfaitement, Alysse aimait bien qu'on s'occupe d'elle de cette manière, probablement parce qu'elle avait été habituée à ça par ses frères.

Elle pénétra dans la demeure et grimpa directement dans sa chambre. Déballant ses affaires rapidement et sans vraiment les ranger, elle alla ensuite se laver et se changer. Elle avait prit la pluie avant de partir et avait particulièrement envie de chaleur, elle se glissa donc dans sa nuisette habituelle (noire avec des dentelles vertes sombres) avant de s'enrouler dans un énorme peignoir en polaire noire beaucoup trop grand pour elle et qui tombait jusqu'à ses pieds. Elle enfila ses chaussons et se faufila ensuite dans le coin du jardin le plus touffu pour aller voir comment poussaient ses roses. Elle avait essayé une nouvelle sorte d'engrais magique avant de partir et voulait voir ce que cela donnait... Les roses en questions étaient argentées et semblaient refléter la lune tandis que leurs épines, noires et brillantes, donnaient l'impression de suinter légèrement.

Un gros chat noir et plein de poils avec le bout d'une patte blanc se frotta contre ses pieds et alla flairer les étranges roses. Alysse se pencha et l'attrapa doucement avant de le caler entre ses bras.


- Tu devrais éviter ces roses, Miasme, si tu t’érafle sur ces épines tu aurais droit à une mort lente et douloureuse...


Le chat ronronna.


- J'ai pas encore trouvé le moyen de conserver ce détail amusant quand on les coupe par contre..

L'animal lécha sa patte pour laver le sang qui y tâchait sa jolie fourrure. La musaraigne qui avait malencontreusement croisé son chemin n'avait pas fait long feu, même s'il avait joué avec elle un bon moment avant de la gober.

- Aller, on rentre. El' ne devrait pas tarder à rentrer.


Elle n'avait pas prévenu son frère de son retour, normalement elle aurait dû arriver deux jours plus tard. Mais la pluie continue de Castelbar l'avait gonflée plus tôt que prévu et elle avait eu envie de lui faire la surprise. Elle rentra, posa Miasme sur son gros coussin privé au salon et alla préparer à manger. Quand elle eut terminé, elle alla mettre la table et s'enfonça dans l'énorme fauteuil au coin du feu qu'elle considérait comme SON fauteuil à elle.

Phinéas était encore chez un pote à lui jusqu'au surlendemain et la jeune fille sourit d'un air à la fois sadique et amusé... Arcturus allait en chier...

© Jawilsia sur Never-Utopia






Dernière édition par Alysse C. Black le Lun 6 Oct - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Lun 6 Oct - 10:42

Arcturus & Alysse C. Black
☠ Une rose, un chat, une plume et un serpent... ☠



“♬♪ Impossible amour est amour infini. ♪♬” ▬ Le Roi Soleil - S'aimer est interdit.

Je m’étire consciencieusement, creusant mes reins avant de basculer ma tête en arrière afin de soulager ma nuque. Je bouge cette dernière de gauche à droite plusieurs fois puis  finit par me lever. J’étends finalement mes bras et soupire.
Depuis trois heures, je suis penché sur la dernière arrivée de pierres précieuses et je les examine une à une, afin de déterminer leur degré de pureté et de magie.
Car oui, les pierres précieuses ont des pouvoirs magiques et certaines particularités bienfaisante, curatrice ou malfaisante.
Un bijou était un cadeau particulier, qui pouvait être le plus beau talisman, le plus pur fétiche ou empatufer son porteur. Tout dépendait de la pierre, et seul ceux ayant des connaissances en gemmologie appliquée connaissait tout les secrets, comme moi.

Je doit créer une bague de fiançailles, au vu des dires du futur marié, j'ai choisit d'utiliser un diamant particulier, d'un rose d'une couleur soutenu, presque rouge.
Un sourire maléfique étire mes lèvres. J'aime travailler les pierres, d'autant plus lorsque je fait un bijou malfaisant. Cette bague verra sa porteuse confiante dans son histoire d'amour, une confiance aveugle en son partenaire, avec une énergie sexuelle aiguisée, un désir accru, plus encline à des orgasmes puissants, soit. Les premiers mois normaux des jeunes mariés, profitant de la vie. Mais tout cela provoquera sa mort à petit feu lorsque l’époux la repoussera après les premiers émois... Viendrons s'insinuer en elle questions, frustration, dévalorisation et enfin, dépression... Et elle finira par se foutre en l'air. Comme le souhaite le mari.
Oui, cette bague la conduira au simple suicide passionnel. Un Basic, relativement dispendieux, mais l’héritage qui en résultera lui assurera une vie faste et intense, en m’octroyant une petite prime si elle mourrait avant leur premier anniversaire de mariage. Croyez-moi, je met toute ma magie et mon savoir faire pour que cela arrive, je ne crache pas sur une telle somme, surtout avec deux adolescents à charge.

Je regarde le calendrier et soupire. Plus que deux jours et mon Alysse rentre, ainsi que Phin. J’hésite entre continuer a travailler et dessiner une première esquisse où à rentrer au cottage pour me détendre. Seul à la maison, je peux jouir de mon jouet sans crainte d'interruption. Et croyez moi, avec ce que me fait endurer Alysse pendant les mois de présence, j'ai bien besoin de relâcher la pression et de profiter de ce calme relatif qui me fait défaut lorsqu'elle est dans les environs. J'ai hâte de la voir tout en le redoutant, elle est vraiment douée pour obtenir tout ce qu'elle veut sans donner de trop... Ma sœur est redoutable.
Je sent monter cette tension habituelle lorsque je pense trop à Alysse et choisit dont l'option de détente. J'ai besoin d’évacuer la pression et ce désir animal de possession. Sina sera parfaite, comme d'habitude. Plus le temps passe, plus elle se perfectionne et me ravit. Je récupère ma cape rapidement et presse le pas pour rejoindre mon domicile...

Un haussement de sourcil, je penche la tête légèrement et observe. La fumée sortant de la cheminée, moi qui pensait l'avoir éteinte en partant ce matin. Méfiant, je vérifie les sorts et devient sceptique. Quelqu'un est entré sans déclencher les pièges. Phineas ou bien... Un espoir fugace m’étreint et je me rue à l’intérieur pour découvrir que oui, il s'agit bien de mon Alysse.
   
 
▬  Je t'ai tellement manqué que tu n'as pas pu attendre deux jours de plus Princesse ?
Je la taquine mais ma voix me trahit. Je la regarde, assise dignement dans son fauteuil. Elle est si belle, délicate et fragile. J'hume l'air et remarque les senteurs de mes plats préférés. Ma gorge se serre. Je me débarrasse de ma cape puis je m'avance pour déposer un baiser sur son front avant de m'agenouiller et poser ma tête sur ses genoux, espérant sentir sa main dans mes cheveux.
   
▬  Tu m'as manqué..
Un murmure ému. Je suis si content qu'elle soit là... Et je réalise que nous somme enfin seul. Pour deux nuits.
Un sourire étire mes levers et j’espère...
Fiche - Journal. Arcturus
Fiche - Journal. Alysse

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Lun 6 Oct - 16:25






Une rose, un chat, une plume et un serpent...





Alysse sourit en voyant arriver son frère. Il est tellement content de la voir que la joie semble déborder de ses yeux... parfait, ça sera encore plus facile de jouer avec lui. Mais plus tard. Pour le moment elle est juste contente de le retrouver également... elle n'aime pas être séparée de ses frères, et être loin de lui pendant dix jours alors que la rentrée, et le temps de la séparation, étaient si proche ça lui pesait. Là c'était Phinéas qui manquait, mais ça ne faisait que quelques heures qu'elle ne l'avait pas vu, et puis c'était différent.

Quand il pose sa tête sur ses genoux, elle sait exactement ce qu'il veut mais ne fait rien, comme d'habitude. Lui aussi lui a manqué, mais elle ne dit rien. Elle attend. Elle regarde le feu comme si elle était totalement indifférente, comme si la présence de son frère n'était qu'un morceau de décors et que ça n'avait aucun impact pour elle... le feu crépite dans la cheminée et jette des reflets lugubres autour d'eux. Elle n'a allumé aucune autre source de lumière... finalement elle se perd elle-même dans la contemplation de la danse des flammes et reste comme ça un long moment, facilement une dizaine ou une quinzaine de minutes. Ce n'est que quand elle sent dans un mouvement infime que son frère s'apprête à se redresser qu'elle ne daigne lui accorder ce qu'il a tant espéré.

Elle frôle ses cheveux de ses doigts un instant avant de glisser sa main plus bas et de passer tout contre sa nuque sans réellement la toucher. Elle recommence encore une fois puis sourit, amusée, et finit par lui caresser les cheveux plus franchement. Elle ne dit toujours rien, le laissant à la fois profiter de l'instant et se demander ce qui peut bien passer par la tête de sa petite soeur, comme par exemple pourquoi elle a l'air d'être si froide, si distante... d'habitude elle le laisse poireauter moins longtemps pour des choses aussi simples qu'une petite caresse sur la tête. Mais il lui a manqué, elle se venge. Il n'avait qu'à lui montrer à quel point elle était importante pour lui en venant la voir lui même, na !

Elle s'arrange pour que son peignoir glisse un peu histoire que la peau de sa gorge et son épaule soient visible, puis prend le visage de son frère entre ses mains et l'oblige doucement à se redresser pour que ses yeux soient au même niveau que les siens. Elle reste un moment comme ça, puis sourit et l'embrasse sur la joue, dangereusement près du coin de ses lèvres avant de le lâcher sans pour autant le repousser.


- Toi aussi tu m'as manqué El', je suis assez déçue que tu n'aies même pas pris la peine de venir me voir en Irlande d'ailleurs et tu vas devoir te faire pardonner pour ça, mais t'as de la chance, là je suis de bonne humeur.

C'est à ce moment là que Miasme décide de sauter sur les genoux de sa maitresse, se glissant entre Alysse et Arcturus en adressant un regard dédaigneux au jeune homme. Alysse lui caresse doucement la tête sans cesser de fixer son frère.

- Alors, je t'ai manqué comment ? Un peu ? Beaucoup ?

Elle se penche en avant comme si elle avait l'intention de l'embrasser à nouveau, mais se redresse au dernier moment pour se lever en reposant le chat sur son coussin. Elle tourne le dos à Arcturus et se dirige vers la cuisine.

- Tu viens manger ? J'ai cuisiné exprès pour toi... j'espère que tu apprécie !

© Jawilsia sur Never-Utopia






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Mer 8 Oct - 8:23

Arcturus & Alysse C. Black
☠ Une rose, un chat, une plume et un serpent... ☠



“♬♪ Impossible amour est amour infini. ♪♬” ▬ Le Roi Soleil - S'aimer est interdit.
Les yeux clos, je profite de la promiscuité de mon Alysse. Dix jours que je ne l'avais pas vu... Bon, certes ce n'est pas comme quand elle est à Poudlard, la différence est que l’école se trouve a quelques mètres et que, en m'y prenant bien, j’arrivai à au moins la voir de temps en temps. Non, les dix derniers jours avait été long et morne. Et il n'avait pas eut l'occasion d'aller la voir, le travail à la boutique avait été intense...

Je soupire profondément, m’enivrant de son odeur dans cette obscurité bienheureuse. La chaleur du feu aidant, je m'assoupit sans le vouloir, attendant le moment où je sentirait ses caresses. Et je me réveille en sursaut, le bruit d'une bûche craquant dans l’âtre sûrement. Et Alysse est toujours inerte... Je me renfrogne, sachant pertinemment ce qu'elle fait et m’apprête à me lever quand sa main finit par me frôler. J'abandonne toute tentative, retenant ma respiration en spéculant sur la suite. Va-t-elle s’arrêter là où me plongera-t-elle dans cette béatitude bienheureuse qu'elle seule arrive à créer chez moi ?

Je sais, je sent, sa colère derrière le masque froid et distant qu'elle s’évertue d'afficher. Elle n'est pas si longue d'habitude pour me montrer son affection. Elle se venge, et je sourit. Sans le vouloir, elle me montre ses sentiments. Cet amour bien plus fraternel qu'on pourrait le croire. Et mois après mois, je ne désire qu'une chose. L'honorer, la posséder, lui montrer à quel point mon amour pour elle est profond. Plus fort que celui de n'importe qui d'autre...

J'ai la mauvaise idée de bouger et les caresses cessent. L’émotion m’étreint lorsqu'elle pose ses deux mains sur mon visage et me fait me redresser. Et je voit, cette gorge offerte. Cette épaule dénudée. Douce tentatrice qui me torture impitoyablement. Car elle est comme ça mon Alysse. Séductrice et charmeuse, sans toutefois allez trop loin. Elle joue avec moi, comme un vif d'or promenant son attrapeur. Et je n'attend que cet instant magique où je finirait par l'attraper...
Elle m'embrasse, si prés et pourtant si loin... Et me libère de ses mains, mais je ne bouge pas. Je suis à la limite de lui sauter dessus
▬  Toi aussi tu m'as manqué El', je suis assez déçue que tu n'aies même pas pris la peine de venir me voir en Irlande d'ailleurs et tu vas devoir te faire pardonner pour ça, mais t'as de la chance, là je suis de bonne humeur.
Mes lèvres s’étirent en un sourire ironique. Mon Alysse dans toute sa splendeur. Son chat surgit entre nous et je lève les yeux au ciel. Celui-la, toujours là où il ne faut pas. Il ne m'aime pas, et la réciprocité est vrai... Il devrait pourtant s'estimer chanceux car si Alysse n'y tenait pas autant, cela ferait une plombe que je me serait occupé de son cas...
▬  Alors, je t'ai manqué comment ? Un peu ? Beaucoup ?
Elle se penche et je la laisse faire, intrigué et le souffle court. Va-t-elle enfin m'embrasser comme il se doit ou bien... Mais non. La voilà qui se lève, déposant son chat et s’éloignant déjà vers la cuisine...
▬  Tu viens manger ? J'ai cuisiné exprès pour toi... j'espère que tu apprécie !  
Et je me retrouve seul dans le salon, mal à l'aise et hésitant. Salazard sait que je ne ferrait jamais de mal à Alysse, mais parfois j'ai juste envie de la pousser contre le mur et de lui montrer qui porte la baguette dans cette maison... Je serre les poings, me redresse et attend quelques secondes pour me donner le temps de me reprendre. Ne pas fermer les yeux et l'imaginer contre le mur, la gorge offerte... Je grogne, secoue la tête et me dirige vers la cuisine. Mon humeur a fait un double salto arrière tandis que ma faim insatisfaite est plus flagrante...
▬ Phineas n'est pas rentré avec toi ?
Je demande en entrant dans la cuisine, bien que connaissant déjà la réponse. J'essaye juste de gagner du temps et de faire en sorte que mon envie d'elle se transforme en appétit pour le dîner. C'est pas gagné... Et j'ai l'impression que tout le monde s'en rendra compte en posant les yeux sur moi.
Puis je tilte. Phineas absent. Alysse. Moi. Seuls...
Mon palpitant fait des cabrioles, mon souffle se fait plus rapide et mes mains tremblent tandis qu'une bribe d'espoir me titille. Ce dîner, cuisiné exprès pour moi... Ce serait-elle décidée de me laisser l'honorer cette nuit ? Ou allait-elle me rendre fou d'un désir inassouvi ?  Je la dévore des yeux, dans l'expectative avant de lâcher son prénom dans un murmure plaintif et serrer les poings, encore...

Fiche - Journal. Arcturus
Fiche - Journal. Alysse

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Mer 8 Oct - 10:59






Une rose, un chat, une plume et un serpent...





Alysse sentait la tension de son frère, elle était presque palpable. Peut-être était-ce dû à ces dix jours d'absence totale... il faut dire aussi qu'elle avait l'habitude de lui envoyer régulièrement des hiboux histoire de lui dire qu'elle allait bien et pour lui raconter un peu ce qui se passait autour d'elle... c'était une habitude qu'ils avaient prise quand il était rentré à Poudlard, pour qu'elle ne se sente pas trop délaisser, et qu'elle avait perpétré en y entrant à son tour. Ce n'était pas non plus un hibou par jour, mais c'était très régulier... hors elle n'en avait rien fait pendant les vacances en Irlande. Probablement pour le frustrer encore plus, allez savoir... Alysse adorait faire tourner Arcturus en bourrique, au plus il était frustré, au plus elle avait envie de le prendre dans ses bras. Mais si elle cédait, ça s'arrêterait. Elle se demandait parfois si elle continuerait ainsi longtemps où si elle finirait par lui donner ce qu'il cherchait... mais elle avait l'impression qu'une fois qu'il l'aurait eue, ça ne serait plus jamais pareil. Et puis le regarder devenir fou à chaque fois qu'elle était dans les parages était si amusant qu'elle n'avait pas envie de voir ça se terminer.

"- Alysse..."

Elle sourit intérieurement. L'entendre murmurer son nom, le gémir presque, comme s'il souffrait de ne pas s'autoriser à faire d'elle ce qu'il voulait déclenche un long frémissement tout le long de sa colonne vertébrale... Elle s'arrête une seconde, le regarde avec des grands yeux surpris et la bouche entrouverte comme si elle allait dire quelque chose mais que c'était resté bloqué parce qu'elle ne s'y attendait pas vraiment, puis se racle la gorge et se détourne pour aller remplir une carafe d'eau. Elle a rougit. Elle le déteste et se déteste pour ça. Est ce qu'il s'en est rendu compte ? Quelle erreur de débutante, elle se sent ridicule. Elle aurait dû rester impassible, comme toujours.


- Phinéas est resté en Irlande. Je ne lui ai pas dis que je rentrais mais ça m'a pris d'un seul coup... j'en ai eu marre de la pluie constante. J'imagine qu'il rentrera à la date prévue.

« Je me faisais chier, je ne suis pas rentrée parce que tu me manquais où parce que je m'inquiétais pour toi, je m'en fiche moi »... c'était ce que c'était supposé vouloir dire tout en appuyant sur le fait qu'ils étaient là juste tous les deux. Et toujours sans le regarder. Le laisser sur sa faim, le laisser espérer ne serait-ce qu'un regard... il ne méritait pas mieux de toute façon. Il n'était pas venu la voir, il n'avait pas donné de nouvelles et il l'avait surprise... à cause de ses conneries elle avait presque eut envie de se blottir dans ses bras en le voyant rentrer, puis de le serrer fort quand il l'avait surprise... c'était lui qui était supposé souffrir quand elle faisait tout ça, pas l'inverse, jamais !

Elle pose les plats sur la table et les sert tous les deux avant d'apporter un peu de vin. Elle se sert un verre, avale une gorgée et se détend. Alysse adore le vin... normalement elle n'a pas le droit d'en boire, mais chez elle elle fait ce qu'elle veut, jamais ses frères n'oseraient lui dire quoi que se soit à ce niveau là. Et puis elle ne s'enfile pas non plus une bouteille par repas, juste un ou deux verres. D'humeur joueuse à nouveau, elle sert un verre pour son frère, retire mollement son peignoir et le laisse pendre sur le dossier de sa chaise, laissant son vêtement de nuit être son seul rempart entre sa peau et le reste du monde. Elle a encore les cheveux un peu humides mais la chaleur du feu et celle de la cuisine sont suffisantes pour qu'elle ne puisse pas attraper la crève. Elle marche jusqu'à son frère et lui tend son verre en lui offrant un petit sourire.


- Tiens bois ça te fera du bien... t'as l'air un peu crispé El', c'est le boulot ? Ça ne marche pas comme tu veux en ce moment ?

Elle frôle doucement sa nuque du bout des doigts.

- Tu es tendu mon frère... tes petites conquêtes ne connaissent pas l'art du massage ?

Et hop, une petite pique visant à lui faire savoir qu'elle savait très bien qu'il se tapait des sales pétasses. Elle se sentait toujours assez mal d'être jalouse et possessive, mais elle préférait qu'il pense qu'elle s'en fichait des autres, qu'elle était indifférentes... alors que non. Elle avait envie de leur arracher les yeux, c'était SON frère, SON jouet et son coeur lui appartenait à elle. Elle en faisait ce qu'elle voulait et détestait l'idée que d'autres femmes pouvait potentiellement le rendre fou. Bon... pas autant qu'elle bien entendu, mais ça l'emmerdait quand même. Sales putes. Un jour elle les saignerait toutes et s'offirait le luxe d'un bain dans le sang encore chaud de toutes ces garces qui s'étaient prises pour des créatures capables, et surtout dignes, de partager le lit, où même un morceau de vie d'Arcturus.

Elle pousse un petit soupir discrêt et s'appuie un peu contre lui. Elle le pousse plus que d'habitude dans ses derniers retranchements, mais en même temps elle a plus envie que d'habitude qu'il la serre dans ses bras. Elle se déteste d'être si faible mais, même si elle ne se l'avouera jamais... il lui a réellement beaucoup manqué...

© Jawilsia sur Never-Utopia




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Mer 8 Oct - 16:36

Arcturus & Alysse C. Black
☠ Une rose, un chat, une plume et un serpent... ☠



“♬♪ Impossible amour est amour infini. ♪♬” ▬ Le Roi Soleil - S'aimer est interdit.
J'enregistre la réaction après mon gémissement, je la fixe tellement... Cela dure un bref instant mais j'ai tout vu... Cet arrêt soudain de son activité, ce regard abasourdi dardé sur moi tandis qu'elle reste béate. J'ai capté ce moment de flottement avant qu'elle ne prenne le dessus et vaque à nouveau à ses occupations, m'ignorant délibérément. Mais il est trop tard. J'ai tout vu. Et la dessus, elle me confirme notre solitude, ainsi que les raisons qui l'ont poussé à rentrer, un sourire sardonique étirant mes lèvres.
Mais bien sur, ma douce Alysse et ses non-dits que son corps hurle à haut et à cris.
Car je ne suis pas stupide, et encore moins aveugle. Mon corps réagit, je ne peux pas toujours le contrôler, mais celui d'Alysse n'est pas de glace et je suis certain qu'elle bouillonne intérieurement.
Elle a d'ailleurs si chaud qu'elle retire son peignoir... Par Salazard ! Je ferme les yeux une seconde...

▬  Tiens bois ça te fera du bien... t'as l'air un peu crispé El', c'est le boulot ? Ça ne marche pas comme tu veux en ce moment ?  
Je saisit le verre et le porte à mes lèvres, plus par réflexe que pas envie. Car mes envies sont tout autre que de dîner sagement en jouant à son petit jeu... Et encore une fois, elle m'enleve les mots de la bouche juste en me frolant la nuque.  
▬  Tu es tendu mon frère... tes petites conquêtes ne connaissent pas l'art du massage ?  
Salope. C'est un cri du cœur devant ses petits tour de passe passe, tantôt soufflant chaud et un instant plus tard, froid. J'ai envie de crier mais je me contente de vider mon verre d'un trait tout en le gardant daqns ma main crispée...
Mais elle avait beau faire comme si elle s'en foutait, il voyait clair dans son petit jeu. Les regards qu'elle lui lançait lorsqu'il sortait certains soirs, pour aller au club particulièrement. Lorsqu'elle sentait un parfum où remarquait une tache de maquillage sur un vêtement, qui disparaissait comme pas hasard. Si elle savait que Sina était dans les cachots, je me demande comment elle réagirait...
Je respire rapidement, tentant de me contenir. Bien sur que je suis tendu... Puis je l'entend soupirer avant de s'appuyer contre moi. Je sais que personne ne viendra nous interrompre... Je n'ai pas la hantise de voir débouler Phineas au mauvais moment, ni personne... Le verre explose entre mes doigts mais je m'en contrefiche. Je n'y tiens plus et je la prend dans mes bras pour la serrer presque à l’étouffer avant de lui voler un baiser. Le sang de ma plaie coule, tachant la délicate chemise de nuit de ma chère sœur mais je ne sent pas la douleur, non. Juste les lèvres douces que je cherche à entrouvrir afin de savourer la langue taquine... Je l’écarte légèrement, la fixant de mes yeux assombris d'un désir profond et lui murmure d'une voix rendu rauque par l'envie que j'ai d'elle, ce qu'elle peut aisément sentir tandis que je le garde contre moi.

▬  Ne chatouille pas un dragon qui dort... où tu devras faire en sorte de le fatiguer assez pour qu'il puisse se rendormir...  

Et je replonge sur ses lèvres, ne lui laissant ni le temps de répondre, ni le choix de se détourner.

Fiche - Journal. Arcturus
Fiche - Journal. Alysse

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Mer 8 Oct - 17:33






Une rose, un chat, une plume et un serpent...





La jeune fille sursaute vivement en entendant le verre exploser. Elle lève les yeux et se retourne pour voir ce qui peut bien arriver à Arcturus... mais n'a même pas le temps d'entrevoir son visage qu'elle se retrouve enserrée entre ses bras. Il la sert tellement fort qu'il lui fait mal et, au moment où elle s'apprête à le lui faire savoir, il presse subitement sa bouche contre la sienne... Stupéfaite, elle garde les yeux grand ouverts et ne fait pas le moindre mouvement, posant sur lui un regard de profonde surprise. Elle ne pense même pas à le repousser où à l'empêcher de lui chatouiller la langue à l'aide de la sienne. Elle reste immobile, incapable de penser.

Finalement il l'écarte légèrement de lui, elle cligne des yeux et son cerveau se remet doucement en marche. Il vient de l'embrasser. Mais de quel droit ?! Elle avait décidé de lui en faire baver pendant deux jours, plus que jamais même pour compenser les dix jours de séparation, et lui... il l'embrasse ? Elle fronce les sourcils et s'apprête à lui envoyer une réplique bien cinglante entre les dents, mais croise son regard... ses yeux déjà sombres à la base semblent comme dévorés d'obscurité brulante, comme si, d'un simple coup d'oeil, il pouvait la bruler... Fascinée, elle oublie de parler pendant une demie seconde, et c'est trop tard.


"- Ne chatouille pas un dragon qui dort... où tu devras faire en sorte de le fatiguer assez pour qu'il puisse se rendormir... "


La phrase en elle-même l'aurait faite rire en temps normal. Elle aurait dit à son frère qu'il était nul et que ce genre de trouvaille datait du siècle dernier, qu'il aurait pu trouver mieux... mais la seule chose qu'elle avait en tête, c'était l'image de son regard et le ton de sa voix. Elle ne l'avait jamais entendu parler comme ça, c'était comme si son désir pour elle était tellement puissant que ça empêchait même sa voix de sortir clairement. Et puis sa nuisette, qu'elle avait mise exprès pour le rendre fou, était taillée dans un tissus beaucoup trop fin pour qu'elle n'ait pas conscience du corps de son frère plaqué contre le sien, et de son état physique de "Oh putain je te veux" avancé... ça faisait beaucoup pour une gamine de quinze ans. D'accord elle était consciente de l'effet qu'elle faisait à son frère depuis pas mal de temps, d'accord elle en jouait (et bien en plus), oui, c'était une bonne séductrice et elle savait se débrouiller pour que les hommes la regardent et la désirent... mais elle utilisait rarement ses talents dans le but que ça fonctionne vraiment !!!

Elle essaye de se dérober mais il ne lui en laisse ni le temps ni l'occasion et il l'embrasse à nouveau. Le baiser en question n'est ni vraiment doux ni vraiment tendre, il est brulant de désir et sauvage. Il exprime ce qu'elle s'est efforcer d'enfoncer dans le coeur de son frère : toute cette frustration qu'elle l'oblige à subir depuis tout ce temps. Elle a à la fois l'impression d'être forcée et protégée contre tout ce qui pourrait être néfaste. L'espace d'un instant, elle veut rester là. Elle remonte ses mains, qu'elle avait laissé pendre de part et d'autre de son corps, et les pose timidement dans le dos de son frère d'un geste presque tremblant et ferme les yeux, lui rendant son baiser... "l'espace d'un instant"...

Et puis elle ouvre les yeux, comme si elle se réveillait en sursaut, le repousse d'un geste sec et recule brutalement. Elle a les joues rouges, le souffle court et les yeux brillants, mais la peur de perdre quelque chose si elle le laisse faire est plus forte que l'envie pour le moment. Elle ne veut pas perdre la relation qu'elle a avec lui... ni le fait qu'il fasse toujours ce qu'elle veut justement parce qu'elle le rend fou. Et puis c'est son jouet... et puis elle n'a jamais fais ça avant et ça lui fait peur aussi... et puis... et puis merde ! Il ne le mérite pas !


- Que... tu... je... c'est...

Elle se racle la gorge. Elle a envie de retourner entre ses bras chauds mais elle veut aussi lui faire payer le fait qu'il l'ait embrassée sans même demander sa permission (pour le principe hein... parce que c'est hyper sexy de faire ça, c'est à cause de ça qu'elle a presque craqué).


- Tu ose... alors que... que euh...

Elle regarde autour d'elle, cherchant une idée.

- On a même pas encore mangé ! Et t'as cassé un verre en plus ! Et puis... Oh merde El' ! Ta main !

Du coup elle oublie, revient vers lui et lui prend la main pour regarder sa blessure. Ce n'est pas très profond mais quand même, et il saigne. Elle prend une serviette sur la table et la pose délicatement sur la plaie avant d'appuyer légèrement dessus. S'il y a UNE chose au monde qui fait vraiment peur à Alysse, à part les Boursouflets, c'est de voir ses frères souffrir où se blesser. Elle lève un regard inquiet vers lui.

- Ça va ? T'as mal ? Tu veux quelque chose ? J'suis désolée !
© Jawilsia sur Never-Utopia




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Mer 8 Oct - 19:38

Arcturus & Alysse C. Black
☠ Une rose, un chat, une plume et un serpent... ☠



“♬♪ Oh, you're in my veins And I cannot get you out
Oh, you're all I taste At night inside of my mouth
Oh, you run away 'Cause I am not what you found
Oh, you're in my veins And I cannot get you out ♪♬” ▬ Andrew Belle - In My Veins.


Je suis totalement sous l'influence du désir qui déferle en moi, puissant et rageur. Ce serait une autre fille, comme Sina, je débarrasserait la table d'un mouvement de bras pour la prendre dessus. Avec ou sans son consentement. Mais c’était Alysse...
Et bien qu'elle me taquine et joue avec moi, je ne pouvait pas lui faire ça. Non, je la respectait trop ! Mon Alysse, je voulait l'honorer avec amour et tendresse. Passion et patience. Elle méritait le mieux que je puisse lui offrir, et pas une première fois, du moins j'espérait être le premier, à la va vite sur la table de la cuisine.

Qu'elle ne réponde pas a mon premier baiser ne me dérange pas. Pas dans l’état d'esprit dans lequel je me trouve. Elle me cherche depuis si longtemps, me taquine et me manipule tant, que je craque et fait ce que je n'aurait jamais osé faire en temps normal... Il faut dire qu'elle avait mis les petits plats dans les grands cette fois la... Deux jours seuls, un dîner, une bonne bouteille de vin, un parfum envoûtant et un déshabillé sexy qui laissait deviner ses jeunes courbes. Ajouter à cela, 10 jours sans la voir ni la toucher ou sentir, une journée de travail harassante que j'avais prévu de conclure par une séance de baise salace avec Sina...  Appelons un chat un chat. Je ne lui faisait pas l'amour à cette chienne, je la prenait quand bon me semblait. Le mieux, c’était qu'elle adorait ça... Brave fille.

Et soudain, je sens  ses mains remonter dans mon dos, m'arrachant de longs et délicieux frissons et puis elle répond à mon baiser et enfin je peux me délecter de sa saveur. Mon désir se fait plus intense et mon entre-jambe me fait souffrir... Je veux la posséder, je veux qu'elle soit mienne !

Et elle me repousse.

Sur le coup, j'en suis presque à vouloir lui coller une droite avant de la prendre par les cheveux, la tourner et lui montrer ce qui devrait logiquement suivre après ses petits jeux. Mais je reste immobile, le souffle court et les poings serré. Mes yeux sont flamboyant. Rage, désir, frustration font un cocktail détonnant et percutant. Je vrille mon regard noir dans le sien et attend. Je sais qu'elle va essayer de tourner la situation a son avantage. Comme toujours. Mais ce soir j'ai atteint le point de rupture...

Et la voilà qui balbutie puis se racle la gorge. Et moi, je ne dévie pas le regard. Pas cette fois. J’attends, curieux de voir ce qu'elle va bien pouvoir me sortir ce coup-ci. J'ai un dragon en moi qui est prêt à tout enflammer sur son passage... Et la elle me lance le fameux 'Tu oses' avant de bafouiller. Ri. Di. Cule. Un sourire ironique ourle mes lèvres. C'est qu'elle en deviendrait pathétique la petit sœur ! Elle m'avait pourtant habitué à mieux que ça. Il faut dire qu'elle a de quoi être surprise, c'est différent quand on est proche de voir le grand méchant loup...
La fin m'arrache un éclat de rire sarcastique et je regarde ma main, impassible. Je m'en tape de ma blessure, elle a pas encore compris ça ? Mes mâchoires se crispent tandis qu'elle se précipite vers moi. Je ferme les yeux, mais chaque fois qu'elle me touche, j'ai l'impression que je vais exploser. J'ai mal, mais pas à cause de cette coupure non, parce qu'elle me touche. C'est comme si elle me brûlait... Salazard, cette …. Elle m'a envoûté ! J'ouvre les yeux et la voit échevelés et à genoux devant moi, les yeux levés croisant les miens... Elle est désolée...
Je me mord les lèvres pour ne pas gémir devant l'image mentale qui me frappe et expire.

▬  La seule chose que je veuille, c'est ce que tu me fais miroiter sans être prête à me le donner visiblement.  

Je lui lance froidement avant de me tourner et glisser la main sous l'eau glacée. Je ne peux plus la regarder où je lui saute dessus... Il faut absolument que je la garde éloigné de moi et que je ne reste jamais seul avec elle.

Je devrait la laisser et descendre rejoindre Sina... Je pourrait me calmer un minimum sans risquer l’irréparable. J'ai transféré la demoiselle dans mes bureaux aux sous-sols, après le départ de Phin et Alysse, histoire de l'avoir à demeure pour tout besoin pressent. Je lui ai aménagé une petite chambre insonorisé dont elle est folle et je lui donne de quoi s'occuper quand je suis au travail.

▬  Je descend.

Le ton est crispé, volontairement froid pour lui faire mal, lui rendre les noises de ses gallions... Pour lui montrer qu'elle va trop loin et que j'en souffre aussi, peut-être. Je récupère une serviette, entoure ma main dedans et ajoute.

▬ Mange et va donc te coucher. Je rangerais plus tard.

Sans un regard, je me dirige vers la porte. Si j’espère qu'elle m'en empêche ? Qu'elle se jette sur moi ? Non, je n'escompte plus rien de la sorte. Je veux qu'elle comprenne que ce soir, le jeu est passé en mode expert. Si elle m’arrête, elle devra être prête à en assumer les conséquences, sinon il faudra laisser le temps au temps.

Fiche - Journal. Arcturus
Fiche - Journal. Alysse

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Mer 8 Oct - 21:54






Une rose, un chat, une plume et un serpent...





De quoi ? Alysse est sans voix. Elle s'inquiète pour lui et cet espèce de monstrueux connard ne pense qu'à sa petite queue frétillante qui n'a pas eu son susucre ? Elle n'arrive pas à y croire. Figée, elle l'écoute bouche bée avec une expression de petite fille à qui ont vient de refuser un caprice collée sur son visage angélique. Et puis ce ton glacial qui la fait frémir de rage... elle déteste ça, elle déteste quand il est comme ça avec elle. Avec les autres pas de problème, c'est même plutôt agréable à regarder en fait, Arcturus est un homme envoutant quand il est vraiment en colère... contre quelqu'un d'autre ! Quand c'est contre elle, d'un côté il lui fait peur, et de l'autre elle bouillonne d'une colère qui monte en elle en vagues successives. Alysse aussi se met en colère, souvent même, elle a un caractère de merde après tout... mais les colères froides c'est quand elle se maitrise, là, la balance semble plutôt pencher vers une sorte de crise d'hystérie explosive. Alysse le sent. Elle ferme les yeux et respire profondément pour se calmer, hors de question de jouer les hystériques devant son frère... et là, la phrase qui tue finit par tomber.

"- Mange et va donc te coucher."


Elle attrape la bouteille de vin qu'elle a posé un peu plus tôt sur la table et la jette de toutes ses forces sur Arcturus. Forcément elle le rate parce qu'elle est trop furieuse pour prendre le temps de viser et la bouteille éclate contre la porte à quelques centimètres de la tête du jeune mangemort.

- Quoi ? Que je quoi ? Tu te fous de ma gueule ou quoi ? Tu t'imagine que je vais faire quoi, obéir comme une bonne petite fille ? C'est ça que tu veux que je sois ? Une bonne petite conne qui obéis sagement à son tuteur de grand frère adoré ?


Une assiette prend le même chemin que la bouteille et explose un peu plus bas. Un éclat vole vers Alysse et lui griffe la joue juste en dessous de l'oeil, la faisant saigner très légèrement mais elle ne s'en rend même pas compte. Elle veut lui faire mal. Physiquement.

- Tu peux crever Arcturus ! Je ne suis pas comme ça, jamais je ne serais cette version de moi que t'as l'air de vouloir ! Rien que d'imaginer ça me fait gerber !

Elle attrape encore le premier truc qui lui tombe sous la main... malheureusement c'est une casserole brulante. Forcément elle se brûle la main.

- Merde ! Tu fais chier !

C'est forcément de la faute de son frère étant donné que c'est lui qui l'a énervée. Il voulait descendre et la laisser faire la gamine qui... attends... descendre ? Alysse arrête de marcher vers l'évier pour calmer sa douleur avec de l'eau froide et lève les yeux vers Arcturus, lui adressant un regard à la fois glacé et suspicieux.

- Attends... me dis pas... t'aurais quand même pas...

Elle passe devant lui en le poussant contre le mur et descend les escaliers quatre à quatre. Il n'aurait quand même pas osé ramener ça à la maison quand même, impossible, il n'aurait pas fait ça...

La seule fille de la fratrie Black n'a pas besoin de fouiller longtemps. Elle ouvre une porte... et là... elle est là. La pute que se tape son connard de frère est là, juste là devant elle...

Sans même attendre de voir si Arcturus l'a suivie où non, Alysse ressort, va dans un cachot un peu plus loin récupérer une longue dague, revient, pénètre dans la pièce, referme la porte derrière elle en verrouillant bien (même si n'importe qui ayant le droit d'utiliser la magie pourrait ouvrir... tant pis c'est pour le principe) et se dirige vers la fille. Elle ne dit rien, ne pose pas de question, rien. Elle se contente d'avancer... et de frapper. Elle ne veut pas tuer, pas tout de suite non... elle commence par planter sa lame dans la cuisse de la fille qui se met à hurler. Normalement ce genre de son a tendance à mettre Alysse en joie, mais ça ne suffit pas, il faut qu'elle hurle encore, encore et encore... alors elle frappe, elle troue, elle perce, elle perfore. Elle change progressivement la fille en une sorte de jouet qui couine de taille humaine, sauf qu'au lieu de couiner, ça crie de douleur et de peur, et qu'à la place d'une simple pression, il faut planter le jouet. Mais cette espèce de salope se tape son frère, c'est la seule chose qui passe dans l'esprit d'Alysse. Elle aime se faire pénétrer par son frère ? Et ça elle n'aime pas ? C'est pourtant aussi un genre de pénétration non ? Plus froide peut-être c'est vrai... plus tranchante aussi...

A la fin, alors que la fille est mourante et qu'elle ne peut plus que gémir doucement en essayant de s'accrocher à sa vie qui coule d'elle aussi vite que son sang se répand sur le sol, Alysse se penche vers elle et lui tranche la gorge sans le moindre petit froncement de sourcil. Elle ressort de la pièce pleine du sang de la fille et jette la dague aux pieds de son frère.


- Vas-y, baise-la ta pute maintenant. Y'a plus d'entrées qu'avant par contre je te préviens.


Elle tremble encore de rage sans savoir si elle a envie de le frapper où de l'embrasser. Tuer l'a toujours beaucoup excitée, et tout ce sang qui continue de couler sur elle a le même genre d'effet...
© Jawilsia sur Never-Utopia




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Jeu 9 Oct - 7:36

Arcturus E. Black a écrit:
Arcturus & Alysse C. Black
☠ Une rose, un chat, une plume et un serpent... ☠



“♬♪ Oh, you're in my veins And I cannot get you out
Oh, you're all I taste At night inside of my mouth
Oh, you run away 'Cause I am not what you found
Oh, you're in my veins And I cannot get you out ♪♬” ▬ Andrew Belle - In My Veins.


Il ne m'est pas arrivé souvent de m’énerver et ainsi devenir odieux avec Alysse. D'habitude, je la laisse gagner nos petites joutes mais pas ce soir, non. C'est plus fort que moi. J'ai envie de lui faire mal, je veux, non, j'ai besoin qu'elle grandisse enfin et cesse ces enfantillages. Ce n'est pas tant ma libido qui est en ligne de compte, pas seulement. C'est un tout. Elle me cherche depuis des années, me titille, m'allume, m'aguiche... Elle ressemble tant à mère maintenant que j'ai de plus en plus de mal à me contenir tout en ayant peur. Peur que quelqu’un ne me l’enlève, que les sentiments qu'elle prétend avoir pour moi ne soient que du vent, des mensonges pour obtenir ce qu'elle veut de moi... Je veut voir sa passion, ses sentiments a mon égards, car elle en a n'est ce pas ? Et quoi de plus simple que de la blesser et de la traiter en gamine pour la faire réagir ?

A peine ai je prononcer les derniers mots que sa colère tonne, tel l'orage qui planait sur notre relation depuis des mois. La bouteille explose contre la porte, m’éclaboussant du liquide dispendieux qu'elle contenait. Je grogne, faisant volte face.

▬  Quoi ? Que je quoi ? Tu te fous de ma gueule ou quoi ? Tu t'imagine que je vais faire quoi, obéir comme une bonne petite fille ? C'est ça que tu veux que je sois ? Une bonne petite conne qui obéis sagement à son tuteur de grand frère adoré ? 

Je la dédaigne du regard dans une grimace dégoûté tout en évitant l’assiette. Je ne veux pas exploser, non. Je ne veux pas avoir à lever la main sur elle. Je ne l’ai jamais fait...

▬  Tu peux crever Arcturus ! Je ne suis pas comme ça, jamais je ne serais cette version de moi que t'as l'air de vouloir ! Rien que d'imaginer ça me fait gerber !  

Elle prend tout de travers. Comment peut-elle penser que je veut qu'elle ressemble à ces moins que rien ? Je veux juste qu'elle agisse en adulte et en assumant ses actes. Je veux qu'elle grandisse par Salazard ! Je ne serait pas toujours la pour lui sauver les miches ! Je tape mon poing sur le mur et lui ordonne de la fermer d'une voix que je ne reconnaît pas.

▬  Ta gueule ! Arrête donc tes caprices de gamine pourrie gâté. Tu es ridicule.  

Je bouillonne, la colère irradie mon être à un tel point que j'en tremble. Ce qui n'est jamais bon signe, si tant est que la personne en face de moi le remarque... Il faut impérativement que je me calme.  Et j'ignore celle qui me rend fou depuis des mois alors qu'elle me regarde suspicieusement. Ses yeux... J’aurai de suite compris ce qu'elle pensait et s’apprêtait à faire, et l'aurait peut être stopper. Mais dans l’état actuel des choses, je m'en contrefous. Il faut que je prenne l'air et tandis qu'elle passe devant moi tel une furie, me poussant au passage contre le mur, je me retiens de lui envoyer une droite et me rue dehors, en faisant claquer la porte d’entrée derrière moi.

De l'air, enfin. Je m’appuie contre le mur et inspire profondément une goulée d'air frais avant de marcher d'un pas rapide dans le jardin. En cet instant, je la hait. J'abhorre tout ce qu'elle est, me fait subir, me promet sans tenir parole ! Et elle prétend m'aimer ? Foutaises ! Mensonges ! Elle avait eut une occasion de me le prouver ce soir ! Mais non, elle n'aimait qu'elle même... Et je me méprise pour mes faiblesses, mon aveuglement et mes sentiments.

Et je marche toujours. Avisant une ombre frémissante, je lance le sortilège de la mort sans ciller et observe la dépouille d'un chevreuil s'effondrer sur le sol. Mais tuer de cette façon n'est pas aussi jouissif que frapper, torturer, saigner, violer et faire hurler. Le meilleur dérivatif, ce qui m’empêche de commettre l’irréparable, c'est Sina. Car elle encaisse tout. Et pour cause, l'imperium que je lui inflige fait d'elle ma petite poupée. Je fronce les sourcils et fait volte-face avant de courir vers la maison. Alysse a trouvé Sina...


Je descend les escaliers et m'approche de la pièce où je retiens ma prisonnière lorsque ma douce sœur en sort, jetant une dague à mes pieds. Je la regarde, impassible. Il est trop tard... Stupide petite idiote. Je hausse les épaule, elle n'a aucune idée de ce qu'elle vient de faire...

▬  Vas-y, baise-la ta pute maintenant. Y'a plus d'entrées qu'avant par contre je te préviens.  
▬  Tu te sent mieux maintenant ? La jalousie te va mal, petite sœur.
Était-ce la jalousie qui l'avait poussé à tuer, où bien autre chose ? Le besoin de me contrôler ? De me priver de quelques choses qu'elle ne pouvait m'offrir ?

Ma rage est toujours présente, elle affleure ici et là, faisant trembler mes mains ou crispant mes mâchoires. Mes yeux sombres et froid scrutent ceux clair de ma petite sœur puis je grimace de dégoût et l'ignore pour pénétrer la chambre de Sina. Dans un râle, cette dernière agonise dans son propre sang avant de finalement expirer son dernier souffle.

Maintenant c'est entre Alysse et moi, je ne pourrais plus me calmer en me perdant dans les chaires ou en faisant hurler ma prisonnière... Finit mon exutoire corporel. Je me détourne, sors de la pièce et remonte les escaliers.

J'ai besoin d'un verre, j'attrape une bouteille de whiskey-pur-feu et bois directement au goulot une gorgée du breuvage. Je fais abstraction d'Alysse volontairement. Je la pousse en dehors de ma conscience, pour ne pas la blesser, tant physiquement que moralement. Car en cet instant, les seuls moyens de me calmer c'est de me perdre dans une violente baise et je ne suis pas nécrophile, ou dans une petite séance de torture. Il ne me reste plus qu’à me rendre au club...
Fiche - Journal. Arcturus
Fiche - Journal. Alysse

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Jeu 9 Oct - 8:59






Une rose, un chat, une plume et un serpent...





Et là... rien. Juste une petite pique visant à la faire se sentir idiote. Au lieu de l'énerver encore plus, cette phrase fait à Alysse l'effet d'une douche froide : il s'en fiche. Elle vient de casser son jouet, et il s'en tape. Il n'en a strictement rien à faire. est ce que ça confirme ce qui lui faisait peur depuis déjà bien longtemps ? Que la seule chose qu'il veut vraiment, c'est se la faire, comme cette pute qu'elle vient de saigner ?

Elle le regarde monter les escaliers sans dire un mot... elle lève légèrement le bras comme si elle voulait le retenir mais renonce et laisse retomber sa main. Il s'en fiche. Elle reste comme ça un moment, figée, debout devant le cachot en laissant le sang qu'elle a sur elle dégouliner par terre, fixant l'embrasure de la porte dans laquelle son frère a disparu de son champs de vision. Il s'en fiche.

Finalement elle bouge... elle remonte lentement les escaliers en regardant fixement devant elle, passe devant la cuisine sans même se rendre compte que son frère y est, et elle sort. Elle marche sans vraiment se décider de là où elle veut aller, suivant juste le chemin que tracent ses pieds devant elle. Il s'en fiche... d'elle ?

Elle s'arrête. C'est d'elle qu'il se fiche ? C'est impossible, il l'aime plus que tout... mais est ce que c'est vrai ? Est ce qu'il dit ça parce qu'il le pense, où parce qu'il la veut ? Alysse se laisse tomber en tailleurs par terre pour réfléchir. Pourquoi est ce qu'il s'en fiche ? Elle aurait préféré qu'il se mette encore plus en colère, qu'il hurle, qu'il la gifle même si ça avait pu le calmer... quelque chose qui aurait juste "dit" c'est important... mais non. Il s'en fiche.

Miasme se frotte contre elle, réclamant un câlin... mais elle le repousse, elle a autre chose en tête. Il l'a embrassée. Il l'avait déjà fait, elle l'avait fait aussi... mais jamais comme ça. Là c'était différent. Elle ne lui avait encore jamais vu ce regard, pas de manière aussi intense... il l'avait troublée... Miasme revient à la charge, elle le repousse à nouveau d'un geste impatient. Et cette colère qui avait éclaté d'un seul coup, ces regards glacés qu'il lui avait jeté... Miasme miaule. Elle l'ignore... Et cette façon de la traiter comme une enfant, pourquoi ? Parce qu'elle avait peur ? Parce que s'imaginer qu'il ne voudra plus d'elle une fois qu'elle lui aura donné ce qu'il veut c'est mal ? Et puis que veut-elle ? Pourquoi a-t-elle tué cette fille ?

Le chat ronronne contre la cuisse de la jeune fille mais elle ne tient même pas compte de sa présence. Pourquoi la tuer ? Elle aurait pu juste dire à son frère que ramener ses gueuletons à la maison ça n'était pas vraiment très classe, pourquoi cela l'énervait-il autant ? C'était quoi ? De la jalousie ? De la possessivité ?

Alysse pousse un soupir. Oui, c'est ça. Elle en est arrivée à un stade où elle ne supporte plus l'idée que son frère se tape d'autres filles... enfin d'autres... "des" filles en fait vu qu'elle même ne le laisse pas faire. Elle est allée trop loin ce soir, elle n'aurait pas dû faire ça alors qu'il ne l'avait pas vue pendant aussi longtemps. Si elle même avait eu du mal, s'était sentie troublée et avait hésité au point de lui rendre un baiser pareil, ça avait dû être bien pire pour lui.

Miasme se love sur ses genoux. Elle baisse les yeux sur lui et sourit vaguement. Elle l'ignore depuis le début, et il revient à la charge, c'est comme s'il lui disait "Tu me vire mais je reviens quand même parce que moi je t'aime". Et là, ça fait tilt. Alysse regarde son chat comme une conne pendant une bonne minute, puis se redresse d'un bond et court vers la maison. Elle est toujours couverte de sang qui commence à sécher, mais elle s'en fiche complètement. Elle court, pousse la porte tellement fort qu'elle fait un bon gros bruit en rebondissant contre le mur, et elle retourne dans la cuisine. Elle s'arrête dans l'entrée. Il est là, en train de siphonner un truc fort, tout seul dans la cuisine. Elle reprend lentement sa respiration et va vers lui.

Elle sait qu'il va probablement la repousser mais tant pis. Il s'en fiche ? Peu importe, elle non. Elle hésite une seconde quand même mais se lance. Elle tremble... en partie parce qu'elle a peur, en partie parce qu'elle n'a pas du tout l'habitude d'aller vers son frère de cette manière et qu'elle ne sait pas vraiment comment s'y prendre. Sans un mot et sans lui laisser l'occasion de reculer où de se dérober, elle passe ses bras autour de son cou et le serre contre elle maladroitement. Elle enfouit son visage dans son cou en fermant les yeux le temps respirer profondément et puis elle le lâche avant de prendre son visage entre ses mains, de se dresser sur la pointe des pieds et de l'embrasser. Un baiser à la fois maladroit et doux, timide et franc. Elle se sent ridicule de se jeter ainsi au cou d'un homme comme lui, qui va sans doutes la repousser le plus loin possible... mais tant pis.

Tant pis s'il la rejette, elle reviendra. Elle a besoin qu'il sache qu'elle ne fait pas que jouer, même si elle aime ça. Et tant pis aussi s'il ne peut pas se retenir, elle compte le laisser faire. Tant pis si ça fait peur, tant pis si ça fait mal. C'est El'... ça fait peur de toute façon.

Elle refuse de reculer où de le lâcher, elle a peur de voir sa réaction, le froid dans ses yeux où le rejet dans ses gestes, alors elle l'embrasse encore, moins timidement, moins doucement. Après tout... il est à elle... elle fait ce qu'elle veut. Et là, elle veut juste qu'il comprenne qu'elle ne joue pas. Du moins... pas tout le temps en tout cas.

© Jawilsia sur Never-Utopia




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Ven 10 Oct - 15:30

Arcturus & Alysse C. Black
☠ Une rose, un chat, une plume et un serpent... ☠



“♬♪ Oh, you're in my veins And I cannot get you out
Oh, you're all I taste At night inside of my mouth
Oh, you run away 'Cause I am not what you found
Oh, you're in my veins And I cannot get you out ♪♬” ▬ Andrew Belle - In My Veins.


Appuyer contre le mur, je fixe le vide et porte la bouteille que je viens d'ouvrir à ma bouche pour reprendre une longue rasade, puis je regarde l’étiquette. Trop doux, j'ai besoin de quelque chose de plus fort. La porte d’entrée claque. Et je balance le whiskey-pur-feu à travers la pièce, regardant la bouteille s’éclater contre le mur. Je rit doucement, d'un rire nerveux, sans joie. En effet, ça soulage. Un peu. Mais ma colère est toujours là... Je doit me casser de cette maison. Mais avant... Il me faut quelque chose de plus fort ! J'ouvre le bar, regarde les nombreuses bouteilles quand mon regard tombe sur une magnifique bouteille affichant une tête de mort. Un sourire satisfait ourle mes lèvres tandis que j'attrape l'Absinthe. Un coup d’œil à l’étiquette confirme la logique de mon choix. 90 degré. Ça me brûlera la trachée, c'est parfait.

J'ai envie de frapper sur quelque chose, ou mieux, quelqu'un. Je sais qu'Elle est dehors, et c'est tant mieux. Je vais pouvoir prendre des affaires et me casser afin de pouvoir me détendre. Quand je pense à ce qu'elle portait... A son sourire. A ces longues jambes... Non, Stop.
Ne. Pense. Pas . Ä. Elle !
Je ferme le poing et frappe le mur sur ma droite plusieurs fois. En vain. Je n'arriverai pas à me calmer ici...
Je reprend une gorgée du liquide vert et grimpe à l’étage pour fourrer deux trois affaires dans un sac. Et mon regard tombe sur une photo de nous deux. On se chatouillait et se taquinait, grand sourire complice. Je me crispe et la fixe. Je n'arrive même plus à regarder une photo d'elle sans réagir... Je reste un petit moment sans pouvoir détacher mon regard de notre passé insouciant, innocent et heureux. Puis j'explose. Je jure et balance le cadre, et les autres aussi d'ailleurs. Je ne peux plus nous voir. J’enchaîne avec tous ce qui me passe entre les mains. Meubles, vêtements, objets, papiers. Je détruit, piétine, explose, désintègre. Spécialement ce qui me fait penser à elle. Tout.

Je tourne le dos à tout le bordel et redescend dans la cuisine. Je viens juste d'annihiler  ma piaule. Ça aurait du me soulager non ? Non. Je pose le sac dans un coin et reprend une goulée d'absinthe avant de ricaner. Puis un bruit me fait lever les yeux et je la voit, échevelé qui me regarde.
Je grogne, reprend une gorgée et détourne les yeux. Je savais que j’aurai dû transplaner au lieu de revenir pour récupérer la bouteille...

Et là, elle passe ses bras autour de mon cou et me serre contre elle. Son visage se niche dans mon cou et moi je reste comme un moldu. Tremblant. De colère, de frustration, d'amour aussi. D’hésitation surtout. Il y a 30 minutes je voulais lui faire découvrir les joies de l'amour, puis je voulais l’étrangler, la faire souffrir... C'est mon Alysse. Celle pour qui je donnerai ma vie... Mais elle m'a fait mal ce soir, elle a poussé le jeu trop loin et tué celle qui me servait de dérivatif, celle qui en fait la protégeait de ma perversion malsaine... Game Over.
Mes poings se serrent, j'essaye de résister à son nouveau jeu, car c'en est un n'est-ce-pas ? Elle devrait savoir que c'est assez, que je ne peut plus en supporter d'avantage...
Soudain elle me lâche, je soupire de soulagement, je ne veux pas la blesser... Mais contre toute attente, elle prend mon visage entre ses mains et se dresse sur la pointe des pieds pour m'embrasser.
Je suis trop choqué pour réagir. Je ne lui rend pas son baiser, ni ne la repousse. Je reste froid. Insensible. Elle va se reculer et s'enfuir, comme d'habitude. Et je pourrait partir, et me perdre dans le sexe d'une traînée. Je ferme les yeux, serre mes poings à m'en faire mal. Mieux vaut moi qu'elle...

Sauf qu'elle n’arrête pas. Qu'elle ne fuit pas. Non, au contraire. Elle se fait plus entreprenante. Moins timide et moins douce. Sauvage, passionnée. Et je sent mon corps réagir. Sale traître...
Je grogne sous ses lèvres et finit par lui attraper les poignets pour la maintenir et l’éloigner de moi.
Le souffle court, le regard abyssal, je la fixe. Je cherche une réponse à mes questions dans ses yeux bleus magnifique. Je crois y lire son assentiment, son pardon. Son espoir aussi ? Et sa peur, ça je le sait...

Et la fixant, je l'embrasse, la goûte. Je me délecte du ballet sensuel de nos langues entremêlés. J'en gémit tellement c'est bon... Ma main droite lâche le poignet qu'il tenait prisonnier pour se placer dans sa nuque et la presser contre mon corps.
Je vais jusqu'à lui mordre la lèvre inférieur lorsque je met fin au baiser pour plonger dans son cou et la couvrir de petit baiser aussi léger qu'une plume. Je lui murmure que je l'aime, que je suis désolé, qu'elle est si belle, que je ne peut pas m'arrêter où je vais devenir fou. Je lui promet que je serait doux, que je ferait attention. Tout en descendant, petit à petit sur sa poitrine menue. Je veux connaître et goûter la moindre parcelle de son être. Elle est à moi. Mienne. Ma douce Alysse. Pour toujours.

Fiche - Journal. Arcturus
Fiche - Journal. Alysse

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Ven 10 Oct - 16:43






Une rose, un chat, une plume et un serpent...





Et il fait exactement ce à quoi elle s'attendait. Il lui attrape le bras et la force à reculer sans qu'elle puisse lutter contre sa force physique bien plus puissante que la sienne. Il la repousse. C'était couru d'avance de toute façon... elle le savait. Elle pensait s'en foutre d'ailleurs, continuer quand même, le forcer à comprendre qu'elle était désolée... mais en se sentant ainsi repoussée, elle n'a même pas la force de faire ce qu'elle pensait. Elle ne peut que lever les yeux vers lui sans broncher et lui retourner son regard.

Il a l'air aussi en colère que surpris, comme s'il avait envie de lui arracher les yeux et de savoir pourquoi en même temps. Et puis... et puis il l'embrasse à son tour sans cesser de la regarder, sans lâcher son bras comme si il avait peur qu'elle disparaisse. Surprise de ce revirement de situation, elle ne réagit pas tout de suite mais finit par lui rendre son baiser timidement, comme si elle ne savait pas vraiment comment s'y prendre.

Il faut dire aussi qu'Alysse a beau être jolie et s'y connaitre en séduction, c'est pas franchement une croqueuse d'hommes. Des mecs lui ont souvent demandé de sortir avec eux mais ils étaient si... normaux... où trop moldus, beurk... Elle a bien accepté quelques fois, en cinq ans de Poudlard faut bien tester de nouvelles sensations hein... mais ça ne l'a jamais vraiment transcendée. Il y en a bien un avec qui elle se sentait bien, mais elle n'a jamais accepté de coucher avec lui. Le seul qui lui ai jamais donné vraiment envie de ce genre de chose, c'est Arcturus. Depuis longtemps en plus... mais c'est son frère. Ce détail l'a rebutée un certain temps, mais elle l'aime tellement que c'est vite passé... après c'était le jeu. C'était tellement plaisant de le voir se ronger les sangs en espérant qu'elle le frôle, qu'elle lui accorde un regard, qu'elle lui adresse un sourire... et puis était venue la peur. Pas vraiment la peur de l'acte en lui même, à quinze ans elle avait eu le temps d'en parler avec pas mal de monde, sa meilleure amie lui avait expliqué en long, en large et en travers ce qui se passe, comment ça se passe et ce que a fait. Phinéas s'amusait aussi à faire rougir sa sœur en lui racontant des trucs de ce genre...

Mais c'était la peur de l'après qui avait toujours arrêté la jeune fille.

Est ce qu'il la voudrait encore ? Si oui, est ce qu'il la voudrait toujours autant ? L'aimerait-il quand même ? Est ce que ça allait le décevoir ? Est ce qu'il passerait à autre chose quand il aurait obtenu ce qu'il voulait depuis aussi longtemps ?

Mais là, en sentant la langue d'Arcturus contre la sienne et sa main lâcher son poignet pour aller se glisser dans sa nuque en la serrant contre lui, subitement ça n'a plus la même place dans l'esprit de la jeune fille. En fait, plus grand chose n'en a... Elle se contente de répondre à ses baisers sans se poser de questions, appréciant juste les sensation que cela lui procure... et puis il arrête après lui avoir mordu la lèvre. Légèrement douloureux mais étrangement, pas désagréable du tout...

Pendant une seconde elle se sent abandonnée mais il se met presque immédiatement à l'embrasser dans le cou. Elle sursaute et glousse légèrement parce que ça chatouille... elle écoute tout ce qu'il lui dit comme si c'était les premières paroles qu'elle entendait depuis des années et, alors qu'il commence à faire descendre ses petits baisers, elle le prend dans ses bras et le serre contre elle. Fort. Elle lui murmure qu'elle aussi elle l'aime, encore plus qu'il ne l'a jamais espéré, qu'elle ne voulait pas le mettre en colère ni casser son jouet, qu'elle ne veut pas qu'il devienne fou et qu'elle est désolée pour la bouteille de vin... et que finalement elle n'est pas désolée pour le jouet. Elle enfouit à nouveau son visage dans son cou et mordille tout doucement sa peau tout en glissant ses doigts dans ses cheveux.

Comme elle est toujours tremblante et que la peur de le voir la repousser lui a littéralement coupé les jambes, elle finit par le lâcher, le souffle court, pour reculer un peu et s'appuyer contre le mur. Mais ne plus sentir son corps contre le sien lui manque soudain comme si ça lui était vital et elle le tire par le bras pour qu'il la rejoigne. Elle grimace légèrement parce que c'est cette main là qu'elle s'est brulée un peu plus tôt mais oublie très vite. Son regard l’hypnotise... Tellement profond, tellement intense... elle se perd un instant dedans et lui adresse un sourire timide. Elle a les joues rosies par l'excitation et le regard un peu flou. Elle tremble toujours mais le mur la soutient. Alysse lève les mains pour caresser le visage de son frère et descend pour les poser sur son torse et sentir son coeur... si rapide, si puissant...

S'il y avait encore une trace de "Euh... en fait j'vais y aller, justement y'a un gobelin qui m'attend dehors", elle disparait d'un seul coup. La jeune fille lui attrape la tête pour le guider à nouveau vers son cou et en lui embrassant les lèvres rapidement au passage... Il est à elle... définitivement.

© Jawilsia sur Never-Utopia




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Sam 11 Oct - 10:48

Arcturus & Alysse C. Black
☠ Une rose, un chat, une plume et un serpent... ☠



“♬♪ Oh, you're in my veins And I cannot get you out
Oh, you're all I taste At night inside of my mouth
Oh, you run away 'Cause I am not what you found
Oh, you're in my veins And I cannot get you out ♪♬” ▬ Andrew Belle - In My Veins.


J'ai du mal à croire que c'est en train de se produire. Que je la tiens dans mes bras et que je peux enfin abreuver ma soif d'elle dans des baisers, des caresses. Je la désire depuis si longtemps que ça me fait mal... Quand à mon amour... Je suis sien depuis tant d’années... D'aussi loin que je me souvienne, je l'ai toujours aimé. Comme un frère au tout début bien sur, puis c'est devenu plus profond, plus intense jusqu’à  ce qu'elle soit mon unique amour. Elle m'a séduit, petit à petit. C’était peut-être par jeu au début, mais c'est une réalité désormais. Et maintenant je ne pense qu’à elle, ne veut qu'elle. Quand bien même c'est ma sœur, ça ne change rien. Au contraire, c'est ce qui fait que je l'aime autant ! Même lorsque je suis avec d'autres femme, c'est son visage que je voit quand je recouvre leur corps du mien, c'est sa peau que je caresse et embrasse. Tout le temps... Lorsqu'elle me pousse à bout, que je me casse et finit par tabasser et violer une fille, c'est pour ne pas le lui faire subir. Je ne pourrait jamais lui faire de mal physiquement, je me sentirais trop minable après. Mais les autres la, ces chiennes soumises qui sont en vente pour une bourse de gallions, j'en fait ce qui me plaît... Et si mes tendances dominatrices sadomasochistes ne sont pas de leur goût, elles ne peuvent rien refuser à leur maître qui me les louent si docilement... Faire ce dont je suis friand avec Alysse est mon but ultime, mais je vais devoir la former, lui apprendre à aimer ces pratiques peu orthodoxes.  Mais pour le moment, je vais juste l'aimer comme elle le mérite. J'en frissonne. Notre première fois...

Je descend explorer sa peau si douce et l'entend glousser. C'est le plus beau son au monde, son rire. Il m’émerveille à chaque fois. Elle me serre contre son cœur, palpitant aussi vite que le mien. Puis elle me confie enfin ses sentiments. Cet amour qui nous consume, tabou mais réciproque, bien au delà de l’inimaginable... Pas Salazard, je l'aime tellement qu'aucun mot ne peut exprimer mes sentiments. Je t'aime sonne si fade... Je prendrai l'avada-kedavra  sciemment pour elle, tout comme je pourrais tuer. Ce qu'elle même a fait aujourd’hui... Je sourit. Elle ne regrette pas, et moi non plus quand je la serre contre mon cœur. Heureux. Puis je sent les petites morsures et je grogne de contentement.

Quand elle me lâche et s’écarte, je me fige, incrédule. Serait-elle encore en train de me manipuler ? Je n'ai pourtant pas le temps d'aller plus loin dans mes doutes car elle me tire à elle. Contre elle.
Je lui sourit et plonge dans son regard clair incertain. Puis je sent ses douces mains caresser mon visage avant de se poser sur mon cœur. Ce cœur qui ne bat que pour elle...

Elle m'attire à elle, poussant mon visage dans son cou tout en me volant un baiser au passage. Je rit avant de faire ce qu'elle me demande tacitement. Je dépose une pléiade de baiser léger avant de glisser ma main pour écarter ses magnifique cheveux et découvrir sa nuque. Là, je plonge délicatement et, tout en caressant son corps, je  savoure sa nuque. L'embrassant, la vénérant, la mordillant un peu aussi, car oui j'aime ca...

Le sang séché sur son corps est plutôt désagréable sous mes doigts, ce qui ne doit pas être agréable pour ma douce et je sais instinctivement quoi faire. Je lui murmure de passer ses bras autour de mon cou et je la soulève dans mes bras. Après un baiser, je grimpe les marches et ouvre la porte de la salle de bain. Sans nous déshabiller, j'entre dans la douche italienne et, m'aidant du mur pour la maintenir contre moi, j'ouvre l'eau et me jette sur ses lèvres.

J'aime la sentir dans mes bras, si fragile et frêle. Cette apparence si trompeuse quand on la connaît et qu'on sait combien elle est forte et caractérielle. Mais je sais qu'au fin fond, sous cette force et cette orgueil, se cache sa vulnérabilité et sa délicatesse. Juste pour moi. Elle est mon tout...

L'eau nous tombe dessus, une pluie tiède et agréable. Je rit et finit par la faire redescendre avant de l'embrasser passionnément. mes mains entourant son visage, je met fin au baiser et lui dépose quelques baisers ici et là avant de m'agenouiller devant elle et poser mon visage contre son ventre. Je reste quelques instant comme ça, profitant de cet instant unique que nous ne revivrons jamais. Puis mes mains la caresse, créant un ballet silencieux tout en chassant le sang séché pour révéler le satin et la douceur exquise de sa peau. Je lève les yeux vers elle pour capter son regard et glisse délicatement mes mains sous la nuisette...
Fiche - Journal. Arcturus
Fiche - Journal. Alysse

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Sam 11 Oct - 19:59






Une rose, un chat, une plume et un serpent...





Ses gestes sont surs, forts... Alysse se perd dans cette force et le laisse faire ce qu'il veut. Ses peurs sont toujours présentes mais passent en second plan, elle a l'impression d'avoir toujours voulu arriver à ce moment précis de leur vie, cet instant là, ces lèvres sur sa peau, sur sa bouche, ces bras là qui la serrent comme si ils voulaient la protéger de tout et de tous... elle a l'impression de se sentir bien pour la première fois de sa vie, la sensation que rien ne pourra plus jamais la blesser. Les baisers qu'il fait courir sur sa peau l'électrisent, elle en veut encore, plus que ça... même quand il ne fait que repousser ses cheveux pour aller frôler sa nuque de ses lèvres brûlantes elle a l'impression que ses jambes vont arrêter de jouer leur rôle et qu'elle va tomber.

Quand il lui demande de passer ses bras autour de son cou, elle obéit sans se poser de questions, oubliant que normalement c'est elle qui fait de lui ce qu'elle veut. Là elle s'en fiche, c'est son tour. D'abord elle lui doit bien ça... et puis en fait... elle aime ça. Cet homme si fort, son frère qu'elle aime tellement qui la serre contre lui pour l'entraîner à l'étage, décidant pour elle et sans demander sa permission, c'est grisant, excitant... il la plaque doucement contre un mur tout en la gardant contre lui, et ce n'est que quand l'eau se met à couler sur ses cheveux qu'elle comprend où il l'a emportée. Elle frissonne légèrement et sourit. Il prend ses lèvres, fort, d'un coup, comme s'il avait brusquement l'envie incontrôlable de la dévorer toute entière. Elle lui rend son baiser avec la même fougue, la même ferveur... Quand il la laisse glisser jusqu'au sol elle est presque déçue mais il se met à rire et l'embrasse avec tellement de passion qu'elle oublie immédiatement cette déception momentanée. Il n'est plus en colère. S'il rit comme ça, c'est qu'il n'est plus fâché contre elle, plus du tout. Un tel soulagement s'abat sur elle qu'elle se remet à trembler de tout son être et à sourire bêtement sans pouvoir s'en empêcher. Elle pourrait presque en pleurer...

Elle le sent glisser vers le bas et poser sa tête contre son ventre pendant que l'eau qui coule sur elle la réchauffe presque autant que les mains de son frère sur son corps. Elle baisse les yeux et le regarde avec tendresse... il est si beau, là comme ça, agenouillé devant elle en la touchant comme si elle était la chose la plus précieuse qu'il lui ai jamais été donné de tenir entre ses mains... et puis ce rouge foncé autour de lui qui s'étale au rythme de l'eau qui repousse le sang qui s'accrochait à elle l'instant d'avant. Cette vision la fascine. Arcturus, l'eau, le sang, les sensations douces, fortes et jusqu'alors inconnues qui se glissent en elle. Le sang l'a toujours excitée, le voir couler a toujours été l'une des choses préférées d'Alysse... mais là c'est différent. C'est un tout... c'est grisant. Elle sent les mains de son frère se glisser lentement sous le tissus mouillé de sa nuisette, lentement, comme s'il attendait d'être sûr qu'elle était d'accord. Elle rit. Le sang, Arcturus, ses mains brûlantes... elle glisse ses doigts dans ses cheveux et descend ses mains jusqu'à sa nuque pour la lui caresser doucement tout en le serrant contre elle. Elle ne veut pas qu'il recule, elle veut le sentir contre elle, que ça dure une éternité et même plus encore, comme si leurs corps l'un contre l'autre, c'était ce qu'elle avait toujours voulu.


- El'...

Un murmure. Il ne l'a probablement pas entendue à cause du bruit de l'eau. Presque un soupir... elle sourit.

- Je t'aime, El'...

Ces mots qu'elle avait toujours refusé de lui dire dans un autre sens que fraternel sortaient maintenant avec une facilité déconcertante. C'était donc ça... elle savait qu'elle l'aimait plus que comme un simple frère, qu'elle voulait rester avec lui le plus longtemps possible, qu'elle voulait jouer avec lui pour toujours et le garder rien qu'à elle... mais le simple fait de lui dire ça de cette manière lui faisait comprendre que c'était plus que ça. Elle l'aimait tellement que ça faisait presque mal, elle ne voulait pas juste jouer, elle voulait tout et plus encore. Elle le voulait rien qu'à elle, ça ça n'avait pas changé, mais elle voulait aussi être à lui. Et ça, c'était nouveau. Elle voulait être SON Alysse. Qu'il l'ait entendue où non n'avait pas la moindre espèce d'importance, c'était pour elle qu'elle l'avait dit, pour comprendre ça... ça fit comme un choc dans son esprit qui se répercuta sur son corps entier, elle avait l'impression de vibrer.

Désormais incapable de tenir debout même avec l'aide du mur, elle se laissa glisser jusqu'à tomber à genoux devant lui. Prenant son visage entre ses mains et le maintenant à la fois doucement et fermement devant le sien, elle se contenta de le regarder, de le fixer longuement, lui adressant un regard où l'incertitude avait complètement disparu. Elle lui adresse un sourire et l'embrasse comme elle ne l'a jamais embrassée : avec une tendresse absolue et un amour infini. Elle se recule, repousse la longue mèche de cheveux mouillés qui lui tombent devant les yeux et le regarde à nouveau, incapable de se lasser du regard que pose actuellement son grand frère sur elle. Finalement elle lâche son visage et lui prend les mains pour les poser sur ses cuisses et les faire à nouveau remonter sous sa nuisette. La brûlure de ses mains lui manque, elle veut la sentir encore... elle les fait remonter un peu plus que là où il était allé... et puis encore un peu sans cesser de le fixer, essayant de faire passer par son regard un : tu es à moi, ça je le sais... je veux être à toi moi aussi.

Elle passe ses bras autour de son cou et l'embrasse fébrilement tout en laissant ses bras glisser le long de ceux de son frère. Elle veut sentir sa peau frémir sous ses mains à elle. Elle les déplace pour les poser sur son ventre, les fait passer sous son t-shirt et remonte lentement, très lentement sur son torse en le frôlant à peine. Elle déplace ensuite sa bouche dans son cou puis jusqu'à son oreille pour en mordiller doucement le lobe et murmurer doucement...


- T'es à moi El'... tu le seras toujours.

Elle mordille à nouveau son oreille, plus longtemps cette fois avant de chuchoter plus doucement encore :

- Et je suis à toi...
© Jawilsia sur Never-Utopia




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Dim 12 Oct - 15:39

Je passe sous balise Hide, désolée les gens mais seul admin et participant au RP verront la suite sifflotte Perv
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Lun 13 Oct - 9:30







Dernière édition par Alysse C. Black le Mer 15 Oct - 13:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Mar 14 Oct - 7:06

Je passe sous balise Hide, désolée les gens mais seul admin et participant au RP verront la suite  sifflotte  Perv
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Mer 15 Oct - 13:02

[bug... navrée]






Dernière édition par Alysse C. Black le Jeu 13 Nov - 9:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Jeu 16 Oct - 8:29

Je passe sous balise Hide, désolée les gens mais seul admin et participant au RP verront la suite  sifflotte  Perv
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Jeu 16 Oct - 8:49





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Jeu 16 Oct - 14:43

Je passe sous balise Hide, désolée les gens mais seul admin et participant au RP verront la suite  sifflotte  Perv
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Jeu 16 Oct - 16:24





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Lun 20 Oct - 7:59

Je passe sous balise Hide, désolée les gens mais seul admin et participant au RP verront la suite  sifflotte  Perv
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 598


MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   Lun 20 Oct - 16:38





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rose, un chat, une plume et un serpent... [Arcturus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Activer le chat
» Invitation au Chat
» Oscar et la dame Rose
» Chat a gogo
» Le petit chat m'aimait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritier des Ténèbres :: Accueil :: RPs terminés / abandonnés-