RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 650


MessageSujet: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Jeu 9 Oct - 23:51

© Arrogant Mischief sur Never Utopia
Jack Fitzgerald

« Il est bientôt minuit mais j'fais beaucoup plus jeune ! »


۞ NOM : Fitzgerald
۞ PRÉNOM(S) : Jack
۞ SURNOM : Gros bâtard, alias Petit, alias « mais vomis pas là connard », alias « le monstre de Gringott's » (pendant ma très brève période de célébrité), alias « le cinglé dans la camionnette là bas ».
۞ AGE : Trente ans.
۞ DATE DE NAISSANCE : 21 mars 1972.
۞ ORIENTATION : Les fi-fiiiilles.
۞ PURETE DU SANG : Sang pur comme la neige.
۞ NATIONALITÉ : Anglaise, d'origine irlandaise.
۞ STATUT SOCIAL : Mec qui vit dans un camion. Prestige.
۞ METIER : Ça dépend qui demande.
۞ GROUPE : Mangemort.
۞ BAGUETTE : 27,3cm, bois de rose, crin de licorne.
۞ PATRONUS : Un rouge-gorge.
۞ EPOUVANTARD : Tout ce qui a trait à Azkaban. Les détraqueurs, la claustrophobie. Les épouvantards se mélangent toujours bien aux stress post-traumatique.
۞ ANIMAL DE COMPAGNIE : Je suis mon propre animal de compagnie.
۞ SIGNE PARTICULIER : Des tatouages moches, genre des barbelés, un loup perdu quelque part sur mon mollet derrière les poils ou des vieux tribaux tout pourri. Soit y a une erreur de perspectives, soit les couleurs se rejoignent pas bien, ce genre. Et je parle pas de celui que je me suis fait tout seul sur le pied. Non j'te dis, j'en parlerais pas.
Sinon j'suis un loup-garou. Petit détail en passant, là comme ça entre la poire et le fromage.

۞ AVATAR : Al pacino.
۞ DOUBLE COMPTE : NON
۞ POSTE VACANT : NON

DOSSIER PSYCHOLOGIQUE
Je suis plutôt paumé. J'aime pas qu'on me chie dans les bottes, mais je suis pas non plus un mâle alpha dans l'âme. Pas beaucoup d'ambition non plus, j'en ai peur. Le loup me force à penser au présent, de plus apprécier l'odeur de la nuque d'une fille que le pognon que je pourrais potentiellement encaisser demain. Et tu vois ces gens qui boivent qu'aux anniversaires ? Et ceux qui boivent pour les saveurs subtiles du tanin en arrière bouche ? Qui sont tout surpris d'être tout rouge, de parler plus fort et d'être mystérieusement plus heureux qu'avant au bout de deux verres ? J'fais pas parti de ces gens là, mais des autres. Quand je vois quelqu'un savourer son verre de whisky pur malt dix huit ans d'âge j'ai juste envie de lui balancer au visage en hurlant « mais pourquoi tu bois pas comme tout le monde, pour être bourré, sale connard ?! » Autant déguster du jus d'orange. Mais en vrai je suis pas si agressif que ça, j'suis un être social. C'est pas la misère de me faire sourire et j'aime bien mes demi-frères et sœur.

IL ETAIT UNE FOIS ...
Je suis pas né dans les meilleures conditions. J'ai beaucoup rejoué le truc dans ma tête, et c'est... la fatalité quoi. Pas de bol. J'en ai beaucoup voulu à ma mère fut un temps, mais à l'âge que j'ai maintenant je vois pas comment reprocher à une gamine de quinze ans d'être tombée accidentellement enceinte. Une sang pure à l'ancienne en plus. Heureusement que mon père l'était aussi, mes grand parents m'auraient sans doute noyé sinon.
Évidemment, je me souviens pas de leurs réactions à ce moment là, ni de celle de mes parents. En tous cas il fut décidé que j'allais chez la famille de mon père après l'accouchement. Pas courant. Peut être que de la thune a changé de main à un moment, j'y étais pas, j'peux pas dire. En tous cas j'ai pas eu une enfance si pourrie. Je me souviens de la remise de diplôme de mes parents ! Puis tout le monde m'aimait bien, dans le fond. J'étais un bébé. C'était pas ma faute. Juste... ben des ado de quinze ans pas mariés, c'est pas bien, visiblement. Je crois qu'on m'a présenté comme un petit cousin éloigné aux gens extérieurs, pendant un moment. En tous cas j'ai beaucoup bougé. Au début j'étais chez mes grands parents paternels, mais ma mère voulait me voir de temps en temps, et puis quand mon père a déménagé je suis parti avec lui. Je m'en souviens assez bien vu l'âge que j'avais. Il y avait tout le temps des gens qui s'occupaient de moi à cette période, parce qu'on vivait dans une colloc' avec plein de jeunes sorciers qui devaient pas avoir grand chose à faire de leurs journées. Plein plein d'adultes avec qui jouer ! Mais j'attendais toujours les visites à ma mère avec impatience, je comprenais pas pourquoi elle vivait pas avec nous. Ça lui a réussi visiblement puisqu'elle s'est mariée quand j'avais huit ans. Avec un Black pure souche en plus.
J'avais les boules au début, évidemment, surtout quand d'autres bébés sont venus me voler la place. Mes visites se sont espacés, mécaniquement. Mais j'étais content d'y aller, c'est quand j'étais tout seul que ça me faisait gamberger. Puis j'étais assez vieux pour savoir que si je faisais le con on voudrait plus me voir là bas. Et j'avais d'autres soucis à me faire : les choses changeaient. Je savais pas exactement quoi, mais beaucoup d'adultes autour de moi étaient plus nerveux, dont mon père. Il s'était trouvé un vrai travail où il fallait aller tous les jours et pas une fois de temps en temps, on ne vivait plus avec un tas d'adultes différents tout le temps. Des mystères. Je le savais pas à l'époque mais Voldemort venait de disparaître et les gens étaient heureux d'envoyer tous ses subalternes en prison. C'était juste dommage que ce soit les membres de ma famille et de mon entourage, ces fameux subalternes. Ça a été terrible ces moments là. Et après...ben Poudlard.
J'en ai pas vraiment un bon souvenir. C'était un peu nul d'être sang pur à l'époque, puis ce con de chapeau qui parle m'a envoyé à Poursouffle. Comme ça t'es catégorisé dans la loose dès le départ. Ma famille était déçue, mais comme elle avait le bon goût de culpabiliser pour mon enfance chaotique elle m'a rien reproché. Les regards ont suffit. Ma matière préférée c'était soins aux créatures magiques, j'avais déjà le fluide avec les animaux à l'époque. Pas le moyen le plus simple de se faire passer pour un futur grand sorcier, quand même. Donc j'ai pas essayé. J'ai fait acte de présence, l'école obligatoire jusqu'à un certain âge quoi, pas trop de conneries. Quelques fugues de temps en temps. Ce qui a égayé tout ça c'est la naissance de ma petite sœur. Une fille c'était plus mignon, je sais pas. J'aimais bien aller m'en occuper pendant les vacances, c'était assez facile de l'amuser. Même après ça l'est resté.
Parce que lorsque j'ai atteint les dernières classes à Poudlard y s'est passé deux trucs : ma mère est morte tuée par des aurors et j'ai rencontré des mangemorts. J'ai rien contre les moldus, à la base, je me suis pas fait tellement d'amis chez les sorciers alors que c'était bien plus facile en dehors. Mais c'est une suite de trucs. A l'enterrement quelqu'un m'a demandé de me tenir calme et un peu loin du cercueil parce qu'il y avait des collègues à la famille, je me suis senti curieusement abandonné, comme un déclic. J'aurais pas eu l'idée de me lancer dans tous ces problèmes, sinon. Avec le recul je regrette pas d'être devenu loup-garou, mais tout ça aurait pu se passer beaucoup plus paisiblement aussi.

C'était un groupe que j'avais rencontré pendant les vacances, à Londres, où mon père avait emménagé l'année d'avant. Je traînais avec des moldus en fumant des joints et en rigolant bêtement, un tas de mecs étranges sont arrivés, plus âgés que nous, la petite vingtaine. C'était eux. J'ai pas soupçonné que ce soit des sorciers, vu que depuis la mort de Voldemort plus personne veut embrouiller les moldus. Ils ont commencé à squatter avec nous – vu qu'ils amenaient des bières on a pas moufté -, mais ils étaient bizarres. Dans leur façon de bouger,de nous regarder, de rire entre eux. J'avais pas les mots à mettre là dessus, mais quelque chose allait pas. Puis ils arrêtaient pas de faire des blagues sur des rôtis, des gigots, entre eux. Va comprendre. Ils ont fini par nous inviter à une fête dans les bois. J'voulais pas y aller, mais les autres ont insisté et je les ai suivi pour pas passer pour parano. Donc on est tous monté dans une camionnette pourrie. En écoutant parler la bande de vieux, j'ai quand même fini par faire deux plus deux et comprendre que c'était des espèce de mangemorts. L'habitacle m'a semblé plus étroit, d'un coup. J'ai chuchoté au mec assis devant que j'étais pas un moldu, mais un sang pur.
Le camion s'est arrêtée sur le bas coté immédiatement. Le conducteur m'a sorti de là sans tendresse, je me suis dégagé de sa prise pour le regarder d'un air mauvais d'un peu plus loin. Il m'a demandé mon ascendance, on a commencé une récitation de nos arbres généalogiques respectifs pour savoir par où on était cousin – on l'était forcément. Un genre de rituel de sang pur. Y a que les sangs purs pour connaître le nom de leur arrière grand oncle par alliance. Une fois que tout le monde fut assuré que j'étais un mec fréquentable, j'ai réclamé la libération de mes amis. C'était une idée de merde de suivre des gens dans leur camionnette comme ça à la base, mais là je pouvais être que sûr que mes petits camarades verraient pas le soleil se lever demain, à ce rythme là. Les mains dans les poches arrières de mon jean, je les ai toisé en silence pour essayer de les convaincre.

Ont commencé de gros coups de pression.  Plein de questions et d'accusations. J'avais seize ans, ils tapaient droit dans le mille et ma fierté était mise à mal. C'était vrai que je traînais avec des moldus parce que j'étais seul à Poudlard, c'était vrai que j'étais fatigué de leur mentir tout le temps. Je dis probablement ça pour me justifier du choix que j'ai fait, parce qu'ils m'ont proposé de les rejoindre à la fin et que j'ai dit oui. Ils ont même relâché mes amis, qui savaient pas à coté de quoi ils avaient failli passer. J'ai continué seul dans la camionnette. L'ambiance était tendue. Eux se retrouvaient avec un gamin de seize ans sur les bras et moi... ben voilà quoi. Je savais pas exactement ce qui m'attendait, mais j'avais signé comme volontaire. Dans la logique, ils ne pouvaient pas me mettre la Marque, ni agir pour le patron, puisqu'il avait disparu. Et écouter leurs conversations ne m'aidait pas, elles étaient plus angoissante qu'autre chose et je n'en comprenais pas le sujet. Puis la trouille rend con. Du coup j'examinais l'intérieur du véhicule, sans savoir que ces engins là allaient devenir mes meilleurs amis, et la camionnette pourrie mon lieu d'habitation principal même quinze ans plus tard.
Comme c'était la magie tout ça, l'arrière cachée par une bâche était en réalité un appart' sale avec deux chambres. Les gens semblaient y entretenir un élevage de cadavres de... dieu seul sait quel alcool. Les habitudes des sorciers en matière de psychotropes m'ont toujours indigné, j'ai jamais demandé à planer littéralement. Je me suis engouffré là dedans pour explorer en tout cas, j'en avais vu d'autres chez mon père. C'est difficile de décrire un bordel digne de ce nom, mais de la vaisselle qui devient le plus grand champ de myciculture au monde, la poussière tellement omniprésente que rien que regarder la pièce suffit pour choper de l'asthme, le linge sale dégageant une bonne odeur de dessous de couilles, c'est des signes qui trompent pas pour reconnaître de la négligence domestique de qualité. J'aime bien. Bizarrement j'ai trouvé ce chaos rassurant. J'ai discuté avec mes hôtes en étant plus serein. Et là j'ai enfin compris que c'était des putain de loup-garou.

N'empêche, tu peux te demander comment on peut être assez con pour être d'accord de choper une malade grave. C'est légitime. Je me pose exactement la même question depuis lors, sans arriver à regretter ma décision. Déjà, il faut avoir vu cette petite meute communiquer. Leurs interactions respiraient la compréhension et la bienveillance les uns envers les autres. On sentait bien la petite fragilité cachée derrière, les yeux trop brillants, les ongles rongés, les mouvements nerveux. Mais c'est mieux que d'être seul. J'étais comme un mort de faim devant un restau gastronomique, j'avais qu'à passer la porte. Puis mon avenir à ce moment là c'était mon père qui m'avait dit le matin même « je t'aurais peut être un poste au service nettoyage municipal ». Du sexy quoi. A seize ans tu vas pas chercher le comment-dans-dix-ans-ça-ira-mieux. Tu le vois pas. Tu t'en fous.
Donc voilà. Comme ça t'auras eu l'histoire du seul abruti au monde volontaire pour la lycanthropie, loin du cliché du jeune enfant qui s'est perdu dans les bois.

Donc pour la fameuse morsure... ça s'est organisé tant bien que mal. J'ai eu l'humérus cassé dans l'histoire, mais c'est vraiment dur à doser de transformer quelqu'un sans le dévorer complètement, donc j'ai eu de la chance, je suppose. La première transformation a été très douloureuse, évidemment, et on s'y habitue jamais vraiment mais... les fois d'après on y pense pas vraiment parce qu'on kiffe par anticipation. Après ça ma vie n'a été que fête et cotillons pendant quelques années. J'ai eu l'impression de naître une seconde fois. Même les notes à Poudlard ça se passait mieux, j'ai réussit à passer mon permis pour transplaner sans laisser un orteil dans l'histoire. J'ai pourtant eu quelques ennuis avec les prof,qui, pas que cons, voulaient absolument m'enfermer dans une cabane merdique toutes les pleine lunes. On m'a convoqué à l'infirmerie le soir même de la rentrée pour m'expliquer les modalités de ma mise en quarantaine. Je sais même pas comment ils ont su aussi vite. Mais bref, malgré toutes les précautions, Poudlard ne pouvait rien pour m'empêcher de tuer hors de ses murs, ce qui s'est fatalement produit pendant les vacances suivantes.

Je me souviens même pas de l'acte en lui même, même si la disparition d'un sorcier dans la forêt - je m'exile à la campagne dans ces moments là, pour pas mourir tué par une foule en colère - a beaucoup fait parler le monde les jours qui ont suivi. Je me suis juste réveillé couvert de débris de corps humains. La perte de ma virginité s'est déroulée à peu près pareil, sauf qu'il y a avait une amie nue et endormie sur moi dans l'histoire. Du coup c'était assez... indolore. Le seul truc qui m'a remué, sur le coup, c'est d'avoir des morceaux très reconnaissables coincés entre les dents. Mais je paniquais pas. Mes amis m'ont rejoint peu après, tout content comme si je venais de dire mon premier mot. Ils créchaient dans la forêt exprès pour passer du temps avec moi. Pour eux ça devait être comme avoir un gosse, ils étaient tout enthousiastes d'avoir un « petit » qui avait pas encore finit l'école dans la meute.
Donc, autant pour les activités de mangemorts. Tuer des gens au petit bonheur la chance et au gré des transformations. Pour être honnête toute l'idéologie m'a jamais beaucoup secoué, et je continuais de voir des moldus lors des visites obligatoires chez mon père. Ça m'a beaucoup servi de garder ces contacts là, d'ailleurs.

La seule avec qui j'étais un peu honnête, c'était ma petite sœur. Mes histoires de meurtres et de loups courant dans les bois la faisait rire aux éclats, et elle sentait bien quand la pleine lune approchait pour moi. Je suis plus nerveux, je commence à changer physiquement, mais de façon très subtile. La couleur des yeux, ce genre de chose que personne ne remarque jamais. Elle si. Et tellement jeune ! A cette époque elle devait avoir trois ou quatre ans maximum. Je regrette de ne pas avoir pu être là toute son enfance...  

Après Poudlard, j'ai erré, fait chié le monde, avec la meute dans la camionnette. Cinq corps pour un esprit, ces conneries mystiques là. Le loup fait vivre sur un rythme différent, un cycle d'un mois. Aucune chance de trouver un boulot respectable avec un tel fil à la patte, et pas de grand leader maléfique pour orienter toute cette belle énergie. Donc on a fait les cons, tout le temps. Des souvenirs merveilleux, je pourrais passer des heures à raconter. Quelques coups aussi, parce qu'il faut bien vivre. Transbahuter des reliques de magie noire, faire du mal à quelqu'un, voler des choses, faire du mal à quelqu'un vraiment, vraiment fort... J'ai même trimbalé de la drogue dans mon cul d'Espagne jusqu'à Londres, une fois qu'on avait besoin d'argent moldu pour la cafetière – on était tous des brèles en magie, faut bien le dire. J'ai converti les gens aux vices moldus, bien plus agréables et dangereux que les magiques. Une ère de prospérité et d'hédonisme débridé.

Jusqu'à cet horrible jour.
J'étais effroyablement jeune. On m'avait dit « mais bosse la magie, c'est utile de savoir se défendre en duel, aussi ». Rien écouté. On m'a dit « c'est quand même dangereux un cambriolage de banque ». Rien écouté là encore. Donc j'me suis fait gaulé, quasiment instantanément. Si seulement j'avais pas buté ce gosse dans l'histoire... parce que quand j'ai compris que je m'en sortirais pas, j'ai tué le plus possible. La panique. Et y avait un gosse, blond, parents bourges, sang de bourbe. Au tribunal ils m'ont attribué un crime de haine par dessus le marché, moi, le mec le moins haineux du monde. Bref, j'ai vingt ans, je panique et j'utilise l'arme moldu dans la banque, parce que les sorciers prévoient jamais l'arrivée d'un 32mm dans leur vie. Suffit que tu tiennes une baguette dans une main et un flingue dans l'autre, ils savent plus quoi faire. Quand je te disais que c'était utile de garder contact avec des moldus.

Après tout s'est enchaîné, j'avais trop peur je m'en souviens pas bien. Le jugement, la chaise où on t'attache les poignets, les transferts de la petite pièce A à la petite pièce B pour poser toujours les mêmes questions, papier-peints déprimant en série, tout ça... et puis... et puis... ben tu sais comment ça fini. Et où. Là où vont les gens quand ils ont été vraiment très méchant. J'ai du mal à en parler, j'y suis resté... longtemps. Trop. Mais même cinq minutes ça aurait été trop long. Je me souviens du bateau, à l'allée, je pleurais dedans. Au retour aussi, cinq ans plus tard et vingt kilos en moins. C'est indescriptible, on se demande comment un système de destruction de l'esprit pareil a pu survivre au delà du moyen-âge. C'est de la torture. Je pourrais vivre mille ans que j'en ferais encore des cauchemars. En tout cas j'y ai laissé ma jeunesse, à... à ça. Cet endroit, cette infection sur la carte du monde. Azkaban.

Le Lord a fait libéré plein de prisonniers, dont moi, après qu'on ait tous mariné pendant des années dans nos pires visions, enfermés dans des cercueils en pierre de cinq mètres carré. Pour être honnête je savais même pas qu'il était vivant, un beau jour je me suis juste retrouvé sur l'autre rive à trembler de tous mes membres, libre et tout. On m'a félicité d'avoir agit alors que Voldemort était plus là et que j'avais même pas ma marque. En vrai l'attaque de la banque je devais être beurré de A à Z, alors les compliments... cinq ans que j'ai passé dans ce putain de trou à merde ! Je leur aurais bien bouffé leur sale gueule, à ces connards à la figure toute rose, aux dents toutes blanches, à l'IMC tout au dessus de 18. Je crois que j'ai effectivement sauté sur le gars qui nous a fait revenir de prison – une fois à distance raisonnable des détraqueurs -, mais t'inquiète il lui est rien arrivé, à l'époque j'aurais pas réussi à battre un chaton nouveau né à la lutte. Il m'a bien fallu un an pour me remettre de tout ça, physiquement et le reste. Donc j'ai eu ma marque, tout bien, et on m'a renvoyé me reposer au frais. J'ai donc jamais participé au bordel avec le ministère, Poudlard et le reste.
Donc j'suis rentré chez papa. J'avais imaginé qu'il m'engueulerait pour avoir fini en prison pour une raison aussi conne, mais quand il m'a vu il s'est mis à pleurer. C'est tout. Beaucoup de ses amis à lui – ses fameux colloc' quand j'étais petit – sont mort là bas. Lui il y a jamais touché parce que ça lui foutait la trouille la politique, et il avait raison. J'ai haussé les épaules, fumé ma première clope d'homme libre et j'suis parti dans ma chambre sous les combles. Jamais j'aurais pensé être aussi heureux de retourner chez mon père, mais si, aucune envie en fait de me trouver un F2 vide, froid, et pas du tout sécurisant. Ma seule ambition c'était de dormir – la lumière allumée - au moins seize heures par jour et de manger le reste du temps. Ce que j'ai à peu près fait les premières semaines.
J'ai bien sûr retrouvé ma meute assez vite. Ma transformation mensuelle était le seul moment où des bestioles monstrueuses venaient pas mettre des visions dans ma tête, donc j'y tenais quand même beaucoup. C'était assez ému comme retrouvailles. Eux n'étaient pas venu à la banque parce que « c'est une idée de merde, fais pas ça sérieux » (et ils avaient raison), et ils n'avaient pas vu ce que j'avais vu. Ils étaient gêné de ne pas pouvoir m'atteindre dans le sombre séjour où je vivais désormais, et inversement. Donc on a bu. J'ai eu une intense période picole/joint d'ailleurs. Bon avant aussi tu me diras, mais c'était pour m'amuser, trouver la ville plus jolie qu'elle ne l'est, ce genre. C'était devenu une méthode pour ne surtout pas être un adulte conscient du passé et du futur, voire de mon propre prénom. Les émotions font moins mal avec deux grammes dans le sang, ça leur arrondie les bords, on peut plus se couper avec, et je peux pas me permettre de chouiner toute les deux minutes si je veux... ben une fille, par exemple. Être sobre c'est vraiment insupportable, personne peut vivre comme ça. Pas moi en tout cas.
Donc j'ai repris ma vie comme avant, mais plus avec la même énergie. Maintenant j'avais peur. Je voulais plus faire chier le monde, mais qu'on me laisse tranquille déambuler ivre mort et récupérer de l'argent par des moyens plus ou moins légaux avec mes copains. J'ai jamais tout à fait repris le poids et les muscles que j'ai perdu, et mon visage a quelques rides prématurées, de bonnes grosses cernes. C'est fou comme le corps marque, un connard qui a fait du fitness pour perdre le gras qu'il a sur le cul ne ressemble pas à celui amaigri par un séjour chez des démons voleur de joie de vivre. Etrange hein ? Mais la vie normale continuait, y a que moi qui avait changé, pour rien, pour avoir attaqué une banque tout seul et bourré, apparemment au nom d'un mec qui avait absolument pas besoin de moi pour être au pouvoir. J'me suis occupé de mes petits frères et sœurs pas mal souvent à cette époque. La plus petite venait de rentrer à Poudlard. J'en ai loupé des choses de leurs vies ! Je me suis demandé aussi pourquoi je dédaignais mes frères, avant. J'les trouve tous adorable maintenant.
Puis Voldemort est... ben mort. Mais en vrai cette fois. Ça m'en a touché une sans faire bouger l'autre. Parce que lors de la grande bataille finale, tu te souviens de tous les lycanthropes qui sont morts ? Non hein ? Ben y avait toute ma meute dedans. J'ai même pas pu les enterrer. Je... je sais même pas quoi en dire, encore un seau de larmes. J'ai gardé la camionnette, je vis toujours dedans, dans l'odeur de mes potes.
Le nouveau Lord ? Oui... je connais un peu. P'tète que j'ai fait des trucs parce que untel, via machin, m'a dit de faire telle ou telle chose, et p'tète que comme j'ai pas spécialement de raison de dire non j'ai dit oui. Peut être même que je me suis entraîné à la magie ces dernières années parce que j'ai peur.



۞ PRÉNOM OU PSEUDO : Raph', alias Caliméro des CB.
۞ AGE DU JOUEUR : 22 ans.
۞ VOTRE AVIS SUR LE FORUM ? Euh... ça a l'air bien, faut que je joue dessus pour dire. Mais l'histoire avec les photos de célébrités ça m'a perturbé fort fort gros comme ça. J'aime pas prendre la photo d'un mec que je connais pas pour la coller à coté de mes post, le rp c'est sur l'écriture et touuuut... mais comme c'est pas non plus le drame de ma vie j'l'ai fait et je m'en suis presque remis * tic nerveux sur la paupière gauche *
۞ COMMENT L'AVEZ-VOUS TROUVE ? Par Alysse la magnifique.
۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : Souvent j'suis là. J'essaye. Je réponds vite en général (vite= moins d'une semaine).
۞ UNE REMARQUE ? Vraiment désolé pour la fiche toute longue, j'aime bien écrire masse de conneries mais j'comprends que ça casse les couilles de lire six millions de truc pour une pauvre validation.


Dernière édition par Jack Fitzgerald le Mar 14 Oct - 15:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queen of Gryffindor
Préfète-en-Chef
Batteuse des Gryffondor
avatar
Lana C. Adamson
ϟ Messages : 1200
ϟ Gallions : 805


MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Ven 10 Oct - 0:12

Bienvenue !
Bièèèèère !! /SBAFF/

Si tu as des questions, le staff te répondra avec plaisir Razz
Si ta fiche est terminée, alors j'essaierai de la lire dans le week-end *cherche temps libre d'occasion, pas très cher*


Lana Cathyia Adamson
Me voici ! Je vis ma vie, je sais qui je suis, j'vais au bout de mes envies !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heritierdestenebres.forumactif.org/t35-lana-c-adamson-il-
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 650


MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Ven 10 Oct - 0:20

Elle est terminée. ^^
* Tend une bière pour faire passer la longueur du bazar. * T'as rien contre la 8.6 ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 652


MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Ven 10 Oct - 0:58

GRAND-DEMI-FREEEEEERE !!!!!!!!!!!! Crazy Crazy Crazy Crazy Crazy

FAUT QUE JE PREVIENNE ARCTURUS !!!!! Crazy Crazy Crazy Crazy Crazy

Euh...

Sinon, "Alysse la magnifique" te souhaite la bienvenue I ♥ U




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Ven 10 Oct - 8:27

Bienvenue Smile!
BIERE BERK AIME PAS CA (IRL hein xD)
A bientôt sur le forum Razz!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Ven 10 Oct - 9:50

Bienvenue pompom
Revenir en haut Aller en bas
I'm Sexy and I know it.
Hot, mysterious and dangerous...

Professeur de Sortilèges/Duel
avatar
Lazar E. Cole
ϟ Messages : 589
ϟ Gallions : 650


MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Ven 10 Oct - 10:24

Salut. Bienvenue par ici.
Sympa la fiche, longue mais agréable à lire Smile

Ceci dit, je crois qu'on a des trucs à voir ensemble Razz (Arcturus, c'est moi aussi Very Happy)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heritierdestenebres.forumactif.org/t73-lazar-e-cole
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 650


MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Ven 10 Oct - 10:42

Bah MP. J'ai lu la fiche d'Acturus avant de poster la mienne, promis juré. ._. D'ailleurs c'est pas gentil de vouloir tuer des gens de sa famille parce que c'est des cassos'.
Mais merci pour l'accueil tout ça, tout ces gens qui souhaitent bienvenue ça fait tout chaud à l'intérieur. bave (Et ça c'est mon nouveau smiley préféré, j'm'identifie bien.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 652


MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Ven 10 Oct - 12:29

Si y'a des trucs à voir je veux être là aussi ! Je laisse pas mes deux frères discuter entre eux tous seuls... sinon je vais en perdre un...

Crazy (moi c'est celui là mon préféré <3 )




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
avatar
Alysse C. Black
ϟ Messages : 151
ϟ Gallions : 652


MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Mar 14 Oct - 8:34

Désolée pour le double post mais...

Y'a rien qui se passe ici ? :chouette: No




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heritierdestenebres.com/t295-alysse-ou-les-faces-vexe
I'm Sexy and I know it.
Hot, mysterious and dangerous...

Professeur de Sortilèges/Duel
avatar
Lazar E. Cole
ϟ Messages : 589
ϟ Gallions : 650


MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Mar 14 Oct - 8:50

Désolée pour le délai, mais les admins sont pas tous dispo donc ca peut parfois prendre du temps d'avoir deux avis pour une fiche.
Ceci dit, concernant ta fiche Jack, je t'ai déjà dit, très fluide à lire. Cependant une partie nous pose problème.

Jack a écrit:
Même les notes à Poudlard ça se passait mieux, j'ai réussit à passer mon permis pour transplaner sans laisser un orteil dans l'histoire. J'ai pourtant eu quelques ennuis avec les prof, qui n'étaient pas que cons, mais j'ai réussi à « oublier » assez de convocations, de rendez-vous chez un médicomage, pour que tout le monde laisse pisser. Ils ont jamais eu la preuve formelle que j'étais malade, au final.

Mon premier meurtre ? Trois mois plus tard.

Je me souviens même pas de l'acte en lui même, même si la disparition d'un élève de première année à Poudlard a beaucoup fait parler le monde les jours qui ont suivi. Je me suis juste réveillé couvert de débris de corps humains dans la forêt interdite. La perte de ma virginité s'est déroulée à peu près pareil, sauf qu'il y a avait une amie nue et endormie sur moi dans l'histoire. Du coup c'était assez... indolore. Le seul truc qui m'a remué, sur le coup, c'est d'avoir des morceaux très reconnaissables coincés entre les dents. Mais je paniquais pas. Mes amis m'ont rejoint peu après, tout content comme si je venais de dire mon premier mot. Ils créchaient dans la forêt exprès pour passer du temps avec moi. Pour eux ça devait être comme avoir un gosse, ils étaient tout enthousiastes d'avoir un « petit » qui avait pas encore finit l'école dans la meute.

Pour nous, ca ne va pas. Il peut pas berner Dumbledore, Pomfresh ou Rogue sur son statut de Loup-garou. Surtout qu'il fait sa scolarité après Lupin, les professeurs savent donc parfaitement reconnaître la lycanthropie. Ils ont même une solution pour les isoler durant la pleine lune, la cabane hurlante. Je suppose de plus qu'il y a eut d'autre loup-garou scolarise avant ou après, Greyback aimant particulièrement contaminer les enfants...
Donc le secret de son état, le meurtre et la meute qui le rejoigne, ca va pas trop :/
Surtout que les loup-garous ne peuvent PAS pénétrer l'enceinte de l’école, qui je le rappelle est protéger magiquement.

Va falloir nous modifier ce passage pour que l'on puisse te valider Wink


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heritierdestenebres.forumactif.org/t73-lazar-e-cole
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 650


MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Mar 14 Oct - 15:18

Voilà édité. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Mar 14 Oct - 15:23

Je te souhaite la bienvenue sur le forum, Jack ! Very Happy
Al Pacino, ah la la ! Une légende cet acteur ! Bon choix !
Au plaisir de te lire prochainement :study:
Revenir en haut Aller en bas
I'm Sexy and I know it.
Hot, mysterious and dangerous...

Professeur de Sortilèges/Duel
avatar
Lazar E. Cole
ϟ Messages : 589
ϟ Gallions : 650


MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Mar 14 Oct - 15:57

En attente d'un second avis Wink


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heritierdestenebres.forumactif.org/t73-lazar-e-cole
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 650


MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Mer 15 Oct - 11:13

Bon ça fait une semaine que j'ai posté ma fiche finie, voilà voilà. ._.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Sexy and I know it.
Hot, mysterious and dangerous...

Professeur de Sortilèges/Duel
avatar
Lazar E. Cole
ϟ Messages : 589
ϟ Gallions : 650


MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   Mer 15 Oct - 11:26

J'ai l'honneur de te valider chez les Mangemort Avada Kedavra  tu peux désormais aller ouvrir ton journal de bord pour faire tes demandes de liens et de RP, ... ainsi qu'ouvrir ta correspondance pour recevoir et envoyer du courrier.
Si tu le souhaites, tu peux créer des Scénarios (5 maximum par personnages)


Si tu pouvais me faire parvenir le texte a ajouter dans le topic des sang pur pour ta famille, ce serait tip top Smile

Bon jeu et encore désolée pour le délai!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heritierdestenebres.forumactif.org/t73-lazar-e-cole
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand la bière est tirée, il faut finir son pack.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand la potion est tirée, il faut la boire... {Oly'}
» Quand la mémoire vous fait défaut [Isabeau]
» Quand une situation est au pire, il faut qu’elle cesse ou qu’elle se relève... ▬ Siobhan
» MELVIN - ce n'est pas quand elle s'éloigne qu'il faut s'inquiéter mais c'est quand elle ne dit pas pourquoi
» Ce n'est pas quand l'oiseau est parti qu'il faut fermer la cage [pv Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritier des Ténèbres :: Vous et les Autres :: Présentation et Validation :: Fiches Validées-