RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Moment de poésie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 534


MessageSujet: Moment de poésie.   Sam 14 Fév - 14:24

Gn ?

Je roule sur le dos sans aucune souplesse. Je ne le sais pas, mais j'ai été dans un coma éthylique pendant quelques heures, j'ai eu tout le temps du monde pour mourir d'hypothermie ou tout bêtement d'empoisonnement par l'alcool, alors c'est normal que je sois pas trop frais maintenant. Le mot « matin » est synonyme pour moi de migraines à réveiller un mort et de goût de vomi dans la bouche. J'ai l'impression que mes dents sont en train de se dissoudre. La lumière du soleil qui passe à travers mes paupières me donne envie de hurler. Je mets mon avant bras devant mes yeux avec une telle précipitation que je manque de me péter le nez. J'ai de la terre coincée entre les fesses et ça gratte. Bon. C'est pas la première fois que ça m'arrive. Bon bon bon. Où est ce que je me réveille cette fois ? Dans le plumard d'un vétéran de l'armée britannique ? Dans un chenil ? Sur le toit d'un corbillard ? … oserais je espérer que je suis dans mon camion ? Nan, il fait beaucoup trop froid.

J'ouvre un œil vitreux pour regarder le décor entre mes doigts. Une putain de forêt. La forêt interdite. J'ai dû vouloir faire le con en loup garou. Je sais bien que la transformation évacue absolument pas l'alcool dans le sang, mais j'l'ai tenté quand même. Je ricane faiblement en imaginant un loup géant complètement bourré déambuler entre les arbres, puis je tousse parce que ma gorge était pas prête pour un effort pareil. J'ai des poils dans la bouche, et mal à l'avant bras et au cul. J'me suis mordu tout seul visiblement. Putain, tout me revient tellement lentement que j'ai l'impression de sortir du royaume des morts. J'aurais pas dû le quitter. Je roule sur le coté pour me rendormir.
Ah non.
En fait, j'ai hyper froid, envie de pisser, mal partout. Je peux pas resté vautré ici nu comme un vers, c'est complètement con. Pour transplaner me faut au moins la position bipède... han nan pas transplaner, j'vais gerber rien qu'à l'idée. En fait, corrige plus simplement : j'vais juste gerber.

Je me mets sur le ventre avec la grâce d'un phoque agonisant, puis sur les genoux. L'effort fait trembler mes bras. Après je vomis à coup de gros spasmes douloureux. Un peu d'alcool, beaucoup de bile me passent sous le nez. J'évacue aussi du sang, de la fourrure et une capsule de bière. Ça devait vraiment être une bonne soirée. Je m'en souviens pas. Je crois que ça a débuté par un pub, mais je confonds peut être avec un autre jour. Le camion est sûrement garé à pré-au-lard. J'ai arrêté de transplaner bourré depuis ce que j'appelle l'Incident de l'Auriculaire Fusionné dans le Mur. C'était bien dégueulasse, même ivre mort j'ai pas du tout envie que ça se reproduise, merci beaucoup.

Je redresse la tête pour regarder les alentours d'un air hagard.
Y a une ado blonde qui me regarde avec de grands yeux.
Mon premier réflexe est de me mettre immédiatement accroupi, les genoux serré, les deux mains entre les jambes pour cacher un maximum ce qu'il y a à cacher. En tant qu'alcoolique lycanthrope, j'ai vraiment pas intérêt à être pudique, mais merde. C'est une gamine, c'est hyper gênant. Je suis si près de Poudlard ? Oh bon dieu de merde. J'ai la tête qui tourne à cause de mon mouvement violent, je suis obligé d'utiliser une main pour pas me casser la gueule. Je me la casse quand même. Si la gamine avait jamais vu un homme à poil, là elle a eu tous les renseignements possible sur le sujet. J'opte finalement pour la position à genoux, toujours les mains entre les jambes comme un idiot et penché en avant. Plus stable. Je m'essuie vaguement la bouche sur mon genou, mais ça enlève pas tout le vomi coincé dans ma barbe. Hélas.

- Euuuuh... désolé. Une mauvaise passe. Je voulais pas te faire peur. Tu me prêterais ta baguette que je me fasse venir des vêtements ? S'il te plaît ? Et pitié, dis moi qu'il y a pas toute ta classe qui va arriver dans trente secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucie A. Mantion
ϟ Messages : 65
ϟ Gallions : 554


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Sam 14 Fév - 14:49






Moment de poésie...
feat Jack Fitzgerald





Au moment où je me suis réveillée ce matin, je savais déjà que j'allais passer une journée de merde. Je suis allée m'entrainer avec le professeur Cole pendant deux bonnes heures du coup maintenant j'ai mal partout... c'est pas vraiment un homme doux et sensible pour ce genre de trucs... Comme c'est le week end, les marmottes qui partagent mon dortoir sont encore en train de ronfler, j'en profite pour aller prendre une douche bien froide... mais même comme ça j'ai trop chaud. Comme si mon sang essayait de bouillir dans mes veines... la pleine lune c'est dans une semaine mais j'en ressens déjà les effets. Demain, le professeur Cole va encore m'enfermer dans la Cabane hurlante... rien que d'y penser j'ai des frissons. Je ne me souviens pas de ce que j'ai fais le mois dernier, mais on a tous les deux passé plusieurs jours à l'infirmerie après ça... j'ai pas franchement envie de recommencer.

En sortant de la douche, je suis secouée de frissons de froid pendant au moins trente secondes avant de recommencer à avoir trop chaud... saleté de loup... non... de louve... le monstre en moi est en chaleur ou quoi ? J'en ai marre de cette température ! Je veux trembler de froid bordel ! En retournant au dortoir j'en profite pour jeter un oeil dehors... il a recommencé à neiger et le vent s'est remis à souffler. Parfait. Je me glisse près de ma malle, j'en sors un débardeur et un short, j'enfile vite fait une paire de tennis qui ont dû être grises dans une autre vie et je sors comme ça faire un petit footing. Après l'entrainement de dingue que je me suis tapée ce matin ça pourrait passer pour du masochisme... mais je suis déjà remise en fait.

Je regarde bien partout pour m'assurer que personne ne peut me voir, et je fuse à l'intérieur de la forêt interdite. Là au moins je peux courir comme une dingue sans passer pour une dangereuse malade mentale. Et c'est ce que je fais. Mes cheveux trempés commencent à se solidifier à cause du froid quand je décide de faire une petite pause, mais si mes joues sont rouges, ça n'est pas à cause du froid... y'a un type à poil juste devant moi. Il a l'air d'être mort.

Je m'approche craintivement puis fais un bond d'au moins trois mètres en arrière... il a bougé ! Et en plus il continue... il gerbe même... vachement attirant... Beurk... mais il est dégueulasse ce mec ! Il a de la gerbe plein la barbe en plus... quand il me demande de lui prêter ma baguette j'ai un mouvement de recul. Il se rend compte au moins d'à quel point il a l'air louche ? Un type à poil pas loin d'une école... comment dire... du coup je marmonne un sort pour invoquer un futal d'homme adulte, un pull et des pompes. J'peux pas faire mieux.


- Qu'est ce que vous foutez ici ? Et a poil en plus ? Vous savez au moins que cette forêt est super dangereuse ? Et interdite aussi j'vous signale...


En plus imaginez que je sois tombée sur lui d'une autre manière, si j'avais eu peur où que ça m'avait faite tomber j'aurais pu me croire en danger, me transformer et lui arracher la gorge ! Quel con inconscient ! (Oui je sais ça fait un peu répétition mais c'est pour bien appuyer)


© Jawilsia sur Never Utopia







Dernière édition par Lucie A. Mantion le Ven 22 Mai - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 534


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Sam 14 Fév - 17:53

J'enfile avec empressement les fringues que la gamine m'a filé. J'aurais préféré mes sapes d'ex punk fatiguées mais bon. Va pour le pull moche. Au moins comme je suis pas très gros je rentre dans les fringues. Elle m'a filé des baskets et pas des chaussures en cuir d'homme adulte, j'aime autant. J'aurais eu l'air con avec des mocassin.
Je me fais engueuler, mais j'comprends. Face à une situation inattendue on réagit souvent en mode aléatoire. Qu'est ce que je vais dire maintenant ? Mon cynisme flamboyant d'alcoolique serait pas adapté pour parler à une ado, ça se fait pas. Je vais pas lui dire « je supporte ma vie seulement quand je m'écroule raide mort bourré », comment on peut comprendre un truc pareil à cet âge là ? Visiblement elle a pas tiqué l'odeur d'alcool rance que je dégage par tous les pores de ma peau.

- Ben euh... j'me suis perdu. Mais j'sais bien que la forêt est interdite, j'suis allé à l'école aussi, t'inquiète pas pour ma petite santé va.

Je cherche mes clopes dans ma poche. Sauf que c'est pas ma poche. Chié. M'étonnerait que la gamine fume, elle a plutôt une tête à pleurer dans son mouchoir en lisant un Harlequin. Une tête à pleurer tout court, d'ailleurs. J'lui ai p'tète vraiment foutu la trouille avec ma teub ? … oh, ça m'emmerderait quand même. Je suis pas l'être le plus moral de la terre, mais terroriser les jeunes filles me pose quand même un problème. Néanmoins, je peux pas non plus accuser ma consommation d'alcool parce que ça nous amène sur la pente dangereuse où je finis par me dire « faudrait que j'arrête ». Et je peux juste pas. C'est trop dur. Envisager tout le reste de ma vie sobre et lucide me terrifie. Qu'est ce que je dis alors ?

- Je voulais pas te faire peur, comment je pouvais savoir que je croiserais une gamine au milieu de la forêt ? Puis je tique un truc. Elle est pas interdite pour toi aussi, d'ailleurs ? Mais qu'est ce qui me prend ? Je suis pas là pour faire son procès non plus. J'suis un type à poil avec du vomi dans la barbe, je devrais certainement pas ramener ma gueule. Non réponds pas, ça me regarde pas. Ecoute je... j'étais complètement bourré, OK ? Les adultes nuls font ça. J'me souviens même pas comment j'ai atterri ici. J'ai pas de baguette, je tiens à peine debout, j'suis pas dangereux.

Si j'étais un moldu, je serais même mûr pour les urgences. Je crois que je me suis déchiré l’œsophage en vomissant la capsule de bière. Ou en l'avalant. En tous cas vomir du sang a jamais été signe de bonne santé. Je m'éloigne en titubant de mes vomissures pour aller pisser. Je me rends compte peu à peu à quel point j'avais froid, maintenant que je porte des fringues. Bordel je suis vraiment trop con.
En m'éloignant de mes miasmes, je peux capter d'autres odeurs. Celles de la forêt, de la fille. Mon cerveau analyse tout ça sans que j'y réfléchisse vraiment, j'ai pris l'habitude de bénéficier des sens meilleurs que les miens du loup garou. Et, oh surprise. Je me tourne vers la fille comme si une mouche m'avait piqué. Je lui fais un grand sourire :

- ... mais tu en es une aussi ! Une loup garou !

En fait c'est un peu bizarre à expliquer mais j'suis un lycanthrope sociable, et cette découverte me met dans une disposition d'esprit tout à fait différente. L'odeur d'une louve c'est très agréable. 'fin t'inquiète pas, aucun libido ne saurait survivre à une gueule de bois pareille.


I'll drink water till I die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucie A. Mantion
ϟ Messages : 65
ϟ Gallions : 554


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Lun 16 Fév - 21:38






Moment de poésie...
feat Jack Fitzgerald





C'est marrant mais au plus on avance dans le temps, au plus il me débecte... c'est pas permis d'être crade à ce point... On se balade pas à poil en pleine forêt, surtout celle-là, à moins d'avoir des couilles en béton armé ! Et d'après ce que j'ai vu ça a plutôt l'air d'être des couilles normales... je grimace à ce souvenir... j'ai déjà vu des mecs nus, je suis pas non plus une innocente petite pucelle... mais quand même ! C'était pas la même ambiance, ils refoulaient pas forcément la gerbe, et les relents d'alcool de me faisaient pas plisser le nez. Enfin moins que ça en tout cas. Oui j'avoue, j'ai déjà pris une ou deux cuites dans ma vie et ça m'est arrivé de me laisser tenter par un mec encore plus cuité que moi... mais ils étaient pas repoussants comme ça ! Eurk !

Il me baratine, c'est obligé, même bourrée comme un coin j'aurais essayé d'éviter la forêt interdite comme la peste il y a quelques mois... enfin si j'avais été à Poudlard bien sûr... bref... c'est pour le principe. Je hausse un sourcil quand il demande si c'est pas aussi interdit pour moi. C'est Sainte Mangouste qui se fout des Krakmols là... (L'hôpital qui se fout de la charité, en moldu). Il continue de blablater ce qui a l'air de ressembler à des presques excuses et s'en va un poil plus loin pour... j'ai pas envie de savoir pour quoi faire... j'ai encore son matos salement imprimé dans ma rétine, pas envie de l'imaginer en train de servir.

Et d'un coup, il se tourne tellement vite que je sursaute, surprise... et c'est la phrase qui tue. "Tu en es une aussi, une loup-garou"... Je reste plusieurs secondes immobile, figée par la stupeur... puis je m'empare de ma baguette en la pointant vers lui d'une main légèrement tremblante.


- Comment tu sais ça toi ? Si tu raconte ça à quelqu'un j'te fais bouffer tes pieds et... et... Attends... "aussi" ?

Comment ça "aussi" ? Ça voudrait dire que lui aussi ? J'abaisse légèrement ma baguette et renifle l'air ambiant comme me l'a apprit le professeur Cole. Et j'ai envie de me pendre... ça fouette ! Ah putain ! L'odeur acide de la gerbe mélangée à l'alcool, au sang, à la sueur et tout et tout... je me frotte frénétiquement le nez, les larmes aux yeux. Même si un lapin se tenait sous mon nez je serais incapable de le sentir... il m'a surement grillé les sinus ! Je secoue la tête et lance un sort pour nettoyer un peu le sol. Pouf, disparue la flaque de vomissures sanglantes. Je regarde le type louche... second sort... il pue plus l'alcool maintenant. Il doit toujours avoir l'impression que ses cheveux poussent à l'envers, mais au moins il fouette plus. Je renifle de nouveau en faisant trèèèèès attention à le faire tout doucement au cas où. Y'a bien un truc... après, je suis pas douée pour ça, la première fois que j'ai rencontré un autre loup-garou c'était y'a un peu plus de trois semaines, juste avant de me transformer et de nous envoyer tous les deux passer quelques jours à l'infirmerie. Mais il sent un touuuut petit peu pareil que le professeur Cole... vaguement.

- Ah... c'est ça l'odeur d'un loup-garou ? Et c'est pour ça que vous étiez tout nu ? Faut pas faire ça vous savez... et puis c'est même pas la pleine lune encore, pourquoi vous vous êtes transformé ? Vous avez perdu le contrôle ?


Ouah... mon troisième loup-garou ! Du coup ma baguette retourne dans ma poche et y'a même un petit sourire timide qui étire très légèrement mes lèvres.



© Jawilsia sur Never Utopia





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 534


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Mar 3 Mar - 10:56

Après une minute debout pour pisser je reviens m'asseoir. J'ai des vertiges de fou quand je suis debout. Néanmoins mon humeur remonte en flèche parce que j'ai rencontré un congénère. J'me sens beaucoup plus bienveillant envers la jeune fille, d'un coup. Je la regarde humer l'air comme je regarderais un gosse faire ses premiers pas. La violence des miasmes la fait réagir comme un chien qui bouffe de la harissa, c'est trop mignon ! Un bébé loup. Elle doit pas être de la famille depuis très longtemps pour aussi mal maîtriser sa truffe. Évidemment, elle doit mal le vivre, la plupart des gens – même les lycanthropes – voit ça comme une maladie. Par certains aspects, oui, maiiiiis... c'est très agréable aussi ! Le corps humain est petit, faible, et vite fatigué. Il est aussi à moitié sourd et aveugle, les goûts sont plus fades, les odeurs inexistantes. Le fait de vivre dans une meute me manque beaucoup.

- T'aurais une clope ? Ou du café ? Les deux ? S'il te plaît ?

Mon langage corporel a changé depuis que je sais que c'est une louve. Je suis plus détendu, je souris presque – parce que j'ai une gueule de bois à réveiller les morts, quand même, bouger les muscles du visage c'est un peu violent. Du coup je veux bien rester avec elle et répondre à ses petites questions gênantes, elle est de la famille après tout. Mais comment expliquer ça à quelqu'un si jeune ?

- Ben... j'aime bien me balader dans les bois sous cette forme, c'est très agréable. Mais... comment dire... j'suppose que t'as déjà fait un truc en sachant que c'était mal, juste parce que c'était bon ? Avec l'alcool par dessus... voilà quoi.

J'entoure mes genoux avec mes bras pour me tenir chaud. J'suis dans un sale état, faudrait que je m'en occupe à un moment. Mais revenons en à la fille. Elle doit encore se voir comme une malédiction sur patte. Comment lui expliquer ?

- 'fin tu sais, une fois que tu passes par dessus cette histoire de monstre avide de sang ben... c'est assez cool comme état. Surtout avec des copains. Foutu pour foutu, faut voir le bon coté des choses, aussi. Chasser, se promener sans se fatiguer, avoir des sens qui marchent mieux, tout ça. Le monde est assez merdique comme ça. Du coup ça me fait triper de me transformer alors que j'ai aucune raison de le faire.


I'll drink water till I die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucie A. Mantion
ϟ Messages : 65
ϟ Gallions : 554


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Mar 3 Mar - 11:23






Moment de poésie...
feat Jack Fitzgerald





C'est dingue quand même... ça fait à peine quatre mois que ce monstre a détruit ma vie de plusieurs manières différentes, et j'ai déjà rencontré trois types comme moi. Pas de filles... il ne doit pas y en avoir beaucoup, je sais pas pourquoi... bref tant pis. C'est comme si je les attirais en fait, peut-être que c'est le cas, les loups peuvent se sentir visiblement, peut-être qu'ils sont attirés par leurs semblables... pourquoi pas non ? Je veux dire... y'avait combien de chances pour que je tombe sur lui ce matin ? Elle est immense cette forêt et je suis tombée pile poil sur lui... d'ailleurs "poil" c'est le mot. D'abord parce qu'il m'en a montré pas mal, de poils je veux dire, et puis parce que les loups en ont beaucoup... je souris toute seule à cause de mon jeu de mot interne tout nul et je me laisse tomber devant lui en tailleur. Bon... je laisse quand même deux ou trois mètres nous séparer, j'avoue... parce que même si je suis contente d'avoir trouvé quelqu'un d'autre comme moi, ben je le connais pas quoi... et s'il était comme Lazar ? Est ce que lui aussi va vouloir me faire faire du sport tous les jours ? J'en frémit presque d'horreur... pitié pas ça ! Un ça suffit !

J'ai ni clopes ni café, mais faire apparaitre un grand bol du second est assez facile. Je le lui fourra dans les mains et je le détaille quelques secondes. Il a l'air de bien souffrir quand même... je suis tentée de le laisser comme ça pour lui donner envie d'arrêter de se cuiter la gueule comme ça, mais j'ai envie qu'il puisse me parler clairement. C'est pas tous les jours que je vois des loups-garous.


- Je vais vous débarrasser de votre gueule de bois... ça sera plus simple pour discuter je pense.

Et hop, un petit coup de baguette magique avec quelques mots de latin, et c'est fait. Pratique la magie quand même... enfin pour moi c'est naturel, j'ai toujours vu tout le monde gérer les soucis du quotidien comme ça... même le ménage. Je suis une sorcière pure souche. Les moldus je les ai observés quand j'étais en voyage avec ma mère... c'est fou ce qu'ils peuvent inventer pour pallier à leur manque de magie quand même... ils sont bourrés d'imagination.


- Du coup si je comprends bien... vous aimez être... euh... ça ?


Ça par contre c'est bizarre... ni Lazar, ni James n'ont eu l'air d'apprécier leur état... c'est une nouveauté pour moi d'imaginer qu'on puisse aimer être devenu un monstre. En plus il dit qu'il aime se transformer sans raison... donc il a le contrôle quand il fait ça ?

- Moi je ne garde aucun souvenir de mes trois premières transformations... la quatrième non plus mais mon alpha et moi on a finit à l'infirmerie tellement je me suis déchainée visiblement... on était salement amochés. Lui parce que je lui ai donné beaucoup de mal, et moi parce qu'il a galéré pour me retenir... un truc comme ça... j'ai cru comprendre que quand je suis transformée je suis très très brutale et violente. A un point assez anormal d'après ce que j'ai compris. J'ai... j'ai pas envie d'être ça...




© Jawilsia sur Never Utopia





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 534


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Mer 4 Mar - 14:22

La jeune fille me jette un sort pour faire passer la gueule de bois. Dans le temps ça marchait bien, mais la magie permet pas d'être immortel et invincible non plus, donc au bout d'un moment j'ai développé une certaine tolérance – crois bien que j'ai essayé tous les remèdes possibles et imaginables. Néanmoins celui là marche plutôt bien, probablement parce qu'il est lancé par quelqu'un d'autre, et ça fait un putain de soulagement. J'me sens plus que fatigué, déshydraté et mort de faim. Une sinécure par rapport à mon état habituel. Je secoue la tête. J'ai pas l'impression que toutes mes dents vont me sortir par le nez. Ça déchire !

Merci.

Elle me décrit en bafouillant son mal. Au moins elle est visiblement pas seule. Ils laissent pas les jeunes loup-garou se promener dans la nature à Poudlard. J'ai aucune idée de ce que ça fait de galérer en se transformant, je connais absolument pas cette fille mais pourtant j'écoute avec attention et je réfléchis au problème comme si c'était le mien. Sans doute par gratitude pour le sort anti-gueule de bois et le café. Je sirote d'ailleurs ce dernier en savourant la chaleur dans mon ventre.

- Chépa, c'est peut être parce que tu luttes contre en te transformant. Ma mémoire dans ces moments là est asse sélective aussi... mais je ne me sens violent qu'envers les humains. Sinon faire une sieste et une petite promenade ça me va aussi bien.

Je hausse les épaules. Si il y avait un remède facile et simple à la lycanthropie, ça se saurait.

- Dis voir, tu connais une Alysse à Serpentard ?

Ouais j'demande des nouvelles de ma sœur, l'air de rien. Elles doivent avoir sensiblement le même âge. J'suis sûr que tous ses condisciples la trouvent choupinette – ou alors c'est rien que des jaloux.


I'll drink water till I die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucie A. Mantion
ϟ Messages : 65
ϟ Gallions : 554


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Mer 4 Mar - 16:58






Moment de poésie...
feat Jack Fitzgerald





Je réfléchis un moment à sa question. Alysse ? Je n'ai été transférée à Poudlard que depuis peu et je ne connais pas grand monde. Les gens m'évitent en général... c'était différent en France, mais j'étais tellement différente. J'ai l'impression que c'était il y a une éternité que j'étais tranquillement établie dans ma petite vie agréable avec mes amis, ma fausse mère, ma vraie mère... Pourtant ça ne fait que quatre mois et demi que tout a basculé.

- Je pense l'avoir croisée une fois... elle a un frère en septième année c'est ça ? Elle a un an de moins que moi je crois, du coup on ne suit pas les mêmes cours... y'a toujours plein de mecs qui gravitent autour d'elle mais on dirait qu'elle s'en fiche... pourquoi ?

Pourquoi il me parle de cette fille ? J'ai juste envie de parler de lycanthropie moi... surtout avec un mec qui aime ça ! Je triture un moment une mèche de mes cheveux que le froid et l'eau ont faite geler et je lève à nouveau les yeux vers lui. On dirait qu'il se sent mieux et il sirote paisiblement son café. J'me suis toujours demandée comment les gens faisaient pour avaler un truc pareil... ça pue, ça a un goût dégueulasse et c'est mauvais pour la santé. Ma mère était accro à cette boisson.


- Vous croyez que...


Je ne sais même pas comment formuler cette question... c'est vachement intime quand même, et je ne le connais pas du tout. Je prend une grande respiration et je me lance...

- Vous croyez que vous pourriez m'apprendre à aimer ça ? A être un loup-garou je veux dire...




© Jawilsia sur Never Utopia





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 534


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Jeu 21 Mai - 19:13

Je penche la tête sur le coté, dans une attitude assez canine, pour réfléchir à sa question. Je suis pas le genre pédagogue. Ni introspectif. Pourquoi aimer être loup-garou ? Euh... parce que c'est rigolo ? J'ai jamais eu à faire d'effort pour ça. Le plaisir demande une certaine passivité, puis c'est pas comme si la condition de lycanthrope laissait de la place pour réfléchir. Demande moi de jouer au caps ou de manger des kilos de viande rouge sans mâcher, là j'suis ton homme.
Et la réponse à la question me vient, comme ça, une connexion synaptique qui s'est faite comme il faut pour une fois :

- Bah... t'aime déjà ça, en fait. C'est sous forme humaine que tu te prends la tête et que tu luttes. Mais ça sert à rien.

Il me manque vraiment une clope. Et un autre café. Et p'tète, d'ici une heure ou deux, j'aurais envie de manger. Puis après j'aurais envie de boire, mais ça c'est une autre histoire. J'suis pas encore assez entamé pour envisager de picoler avec une gueule de bois pareille. Mais je peux pas abandonner la petite sur ces belles paroles qui l'aident pas du tout. Y a beaucoup plus rigolo à faire. Sur quoi embrayer ? Je sais, mon sujet de conversation favoris : les humains, ces sales bâtards.

- Ecoute, on a dû déjà te le dire, mais faut mieux que tu te fasses à ta condition et que t'en tires le meilleur parti, parce que c'est pas comme si ça allait aller mieux. Dans le temps j'avais une meute, ils sont... partis, mais c'était vraiment très rigolo de traîner avec. La chasse, la meute. Les humains comprennent rien, ils auront toujours un tas d'idées préconçues en tête, y a rien à faire. Cherche pas à vivre parmi eux, ils te laisseront jamais tranquille. Au mieux ils seront condescendants. Tu m'ferais apparaître un autre café dis ? Plus tiède, j'ai la gorge abîmée.

Wah, j'ai vraiment beaucoup parlé. Mais son odeur de louve me met en confiance. De louveteau. J'ai vaguement envie de lui apporter un humain presque mort pour qu'elle s'entraîne à chasser. J'ai l'habitude de ce genre d'instincts pas très acceptables pour les sorciers bien comme il faut. Avec les copains on en discutait souvent, c'était le sujet de mains délires.

- Tu sais te transformer à volonté, dis ? Y a mon camion garé vers près-au-lard, j'irais chercher mes clopes.

J'arrive plus à me rappeler si j'y arrivais instinctivement ou pas dès le départ. Le fait qu'elle soit violente sous forme lupine m'inquiète pas beaucoup, j'imagine pas qu'on puisse me faire du mal sous cette forme.


I'll drink water till I die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucie A. Mantion
ϟ Messages : 65
ϟ Gallions : 554


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Ven 22 Mai - 23:48






Moment de Poésie...
feat Jack Fitzgerald





Y'a un moment ou je bloque. Complètement... je veux bien admettre pas mal de choses, mais là ça fait mal. "t'aimes déjà ça"... j'ai presque l'impression que tout l'air qu'il y avait dans mes poumons en a été expulsé comme un pauvre immigré clandestin moldu. C'est pas ce qu'il dit qui me choque en plus... c'est cette désagréable impression qui rampe entre mes omoplates, celle qui me dit qu'il a raison et que la louve en moi jubile d’allégresse quand elle sent que mon contrôle se relâche un peu. Je la sens, elle est toujours juste là, derrière mes yeux... elle observe le monde, elle enregistre tout ce qu'elle voit, tout ce qu'elle entend, elle augmente mes émotions en appuyant sur les détails qui blessent, elle attise ma colère en jouant avec mes nerfs. Et elle aime ça. Elle me voir craquer, lâcher prise, elle aime sentir ma volonté s’effilocher progressivement pendant que la lune se remplit chaque nuit un peu plus... ce qu'elle préfère, c'est ce moment, cette fraction de seconde ou je comprends que c'est fini, que c'est moi qui passe derrière ses yeux à elle et que je ne peux rien faire pour changer ça...

Je jette au mâle devant moi un regard à la fois accusateur, incertain et sceptique... Ce qu'il dit est vrai, elle, c'est moi. Donc c'est bien moi qui aime ça dans ces moments là... Mais c'est une moi que je ne connais pas et qui me fait peur, j'ai pas envie d'aimer ça moi ! J'ai pas envie que le fait de blesser des gens sans le moindre remord me fasse plaisir ! Et puis y'a pas que ça, ça fait mal merde ! Ça fait plus mal que tout ce que j'ai connu dans ma petite existence ! Je suis pas une grosse maso moi, je suis pas en plein orgasme quand tous mes os se brisent et se fondent !

Du coup je reste silencieuse et j'écoute la suite. Et finalement c'est ça qui a le plus d'impact je crois... "accepter sa condition", "pas comme si ça allait aller mieux", "meute", "humains", "jamais tranquille", "condescendant", "café"...

Me faut quelques secondes pour comprendre que "café" c'est autre chose, mais avant que j'ai eu le temps de sortir ma baguette, il me propose d'aller chez lui.


- Euh...

Ça pourrait passer pour un prévisionnel de viol organisé sa proposition n'empêche... mais ça me traverse même pas l'esprit. Tout ce que je vois c'est le chemin qui me sépare de son camion. Si je pars avec lui on va continuer à parler hein ? J'aurais une vision plus large de son point de vue pas vrai ? Et puis... je serais pas toute seule. Le professeur Cole est occupé, je connais à peine l'autre locataire de la Cabane... et les autres élèves... ben ils comprendraient pas. Je connais pas ce mec, mais j'ai envie de rester avec lui.

- Je sais pas faire ça. Je passe mon temps à lutter pour qu'Elle ne sorte pas en fait. Lune ou pas, elle essaye constamment. Mais par contre je cours vite, même avec ma forme normale. C'est pas bien loin, on peut y aller comme ça non ? On en aurait pour à peine une demie-heure en poussant un peu.



© Jawilsia sur Never Utopia





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 534


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Dim 24 Mai - 11:45

Beurk, du sport sous forme humaine. Je lève les yeux au ciel. Si la jeune fille n'avait pas fait passé magiquement ma gueule de bois, je me serais probablement roulé par terre pour la convaincre de ne pas faire de randonnée. J'me dépense bien assez sous forme de loup, continuellement en sur-régime, à sauter partout et à dépenser toute mon agressivité. En humain je suis tellement feignant que je peux choper des escarres sans m'en rendre compte.

- OK on y va en bipède, mais j'cours pas.

Je me déplie, me lève, puis tousse. Ah oui c'est vrai, il me faut de la magie pour me soigner aussi, je saigne de la gorge depuis tout à l'heure.

- C'est euh... par là.

Ce qui est bien, c'est que j'ai pas trop de mal à me pister tout seul. L'odeur. Sous forme lupine, je ressemble pas à un loup sympa. Plutôt le mélange entre Satan et un sanglier enragé. Et comme de juste, je sens le musc et la mort. Je me demande souvent comment les loup-garou sont apparus, à mon avis c'est une malédiction qui a mal tourné. Une malédiction vraiment bien foutue. On fait plus de magie comme ça de nos jours, on apprend des gentils sorts dont les effets ne tuent pas les gens des centaines d'années plus tard. Pourquoi, dans le temps, quatre neuneus pouvaient construire un truc énorme comme Poudlard, avec une chiée de sortilèges puissants et que moi, maintenant, j'ai déjà du mal à trouver la puissance nécessaire pour faire cuire de la bouffe ? Y a pas de justice. Je m'entraîne hein ! J'me suis bien aperçu que ça m'emmène nul part d'être nul en magie.
Bref.

- Regarde pas par là, je crois que j'ai eu la dalle en chemin. Non y a pas d'humain mort, juste un cerf mort. En général on fait pas de mal aux animaux, sauf en cas de grosse dalle. Et d'arsouillerie avancée. En l'occurrence, j'ai tellement joué avec ma bouffe qu'il y a des boyaux sur vingt mètres carré. Y a même des morceaux pendus aux branches des arbres. J'fais pas dans la dentelle. Ouais c'est... pas génial, mais t'es pas obligée de faire pareil.

Moi qui voulait lui donner une bonne image de la lycanthropie... Bambi explosé de partout parle pas en ma faveur. 'fin elle comprendra quand elle se sera amusée avec la jambe de quelqu'un... ou la patte, si elle donne pas dans le meurtre. Mais elle y viendra, comme tout le monde, pas la peine de la secouer avec ça non plus.

- Tu sais, faut mieux que tu t'habitues au Loup maintenant, pour connaître tes limites tout ça... y aura pas toujours la cabane hurlante. T'as eu une pleine lune en vacances déjà ? Puis se transformer sur un coup de colère, ça arrive, faut mieux devancer le truc avant que ça te jaillisse à la gueule. Sois copine avec toit même, je te jure que ça ira beaucoup mieux.

J'ai jamais tué quelqu'un que je voulais pas tuer, mais j'ai tout de suite été copain avec mon Loup intérieur. Ma vie serait vraiment débile et fade, sans lui. Il donne du relief à tout ce que je regarde, sens, entends. Peut être que je suis fou, mais d'une folie facile à vivre et très intéressante. L'humanité c'est définitivement pas mon truc. Regarde nous marcher sur nos deux jambes comme des débiles, à se prendre les pieds dans les ronces. J'dois renifler pas mal pour retrouver ma propre piste, c'est lamentable. En loup, on serait déjà arrivé.


I'll drink water till I die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucie A. Mantion
ϟ Messages : 65
ϟ Gallions : 554


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Lun 25 Mai - 22:25






Moment de Poésie...
feat Jack Fitzgerald





Moi qui pensais compter sur un petit footing pour me calmer c'est mal barré. Je pensais courir à deux jambes pendant qu'il le faisais à quatre pattes... visiblement non, j'ai pas envie de le contrarier. Du coup je le suis en boudant comme une gosse... j'ai trop d'énergie, j'ai besoin de la dépenser. Lazar dit que c'est normal, que c'est le loup qui bouillonne en moi et qui veut sortir, que cette impression de pouvoir exploser à chaque seconde finit par diminuer quand on s'habitue et qu'on bouge beaucoup... mais l'entrainement qu'il m'impose tous les matins a beau m'épuiser totalement sur le coup... en dix minutes j'suis déjà sur pieds, et si j'attends encore cinq minutes je pète autant la forme qu'avant l'entrainement.

En plus j'ai du mal... y'a des odeurs partout, des bestioles dans tous les coins et mon instinct me hurle de les courser, de me rouler dans la neige, de griffer les troncs, de jouer avec le mâle qui marche affreusement lentement devant moi, de manger un lapin, de faire gicler son sang sur la neige immaculée pour............. rhaaaaaa caaaaaalmmeeeee Lucie ! Caaaaalme ! Je trépigne pratiquement sur place, j'ai envie de secouer le mec pour qu'il se bouge le cul. Un loup-garou lui ? Il dit qu'il aime se transformer, qu'il le fait volontairement... et là il ramasse sa gueule de bois comme un bleu et se traine comme un hérisson sans pattes... rhaaaaa bouger !!! BOUGER !!! J'ai l'impression d'être encore plus frustrée qu'avant de partir courir tout à l'heure... la pleine lune approche mais j'ai encore du temps normalement? Je brûle ! J'enlève a veste et la laisse choir par terre comme un vieux truc inutile. Mon short et mon débardeur sont loin d'être prévus pour résister au froid mais la sueur perle sur mon front et j'ai l'impression que ma peau fume au contact de l'air froid... si je prenais ma température maintenant, j'avoisinerais probablement les 45° je pense. Fatal pour un humain normal... un poil élevé pour moi. Je prends le temps de me mettre de la neige sur le front, sur la nuque, dans le décolleté, je balance mes pompes et mes chaussettes derrière moi pour marcher pieds nus dans la neige... et ça suffit pas. Peut-être devrais-je aller nager un peu dans le lac noir, l'eau doit avoir une température glaciale en ce moment...

Mais j'suis coupée dans mes réflexions brûlantes par une odeur cuivrée si forte qu'elle m'oblige à froncer le mus... euh... le nez... (je touche ledit nez pour être sûre quand même... c'est bon, c'est toujours mon nez). Jack me conseille de ne pas regarder, du coup mes yeux se posent automatiquement sur le cadavre du cerf ainsi que sur toute la panoplie d'organes qui recouvrent le sol. Je m'arrête net. L'horreur de la scène me fascine complètement... je devrais être horrifiée, mais j'y arrive même pas. C'est beau...

Le sang qui tâche la neige, la posture tout sauf naturelle de l'animal, les morceaux qui manquent, les odeurs... je m'approche, la bête morte m'attire comme un aimant. Je suis à la fois émerveillée et dégoutée par ce que je vois, par ce que je sens, mais ce que j'ai envie de faire...

Je me retiens de justesse de poser mes doigts sur un morceau de patte qui trainait près de mon pied, mais je dois me faire violence pour ça... j'ai une espèce d'envie irrésistible de me rouler sur ce cadavre, dans cette neige souillée de sang.


- C'est dégueulasse... c'est horrible...

Mon ton dément mes paroles et mon regard qui brille de convoitise efface immédiatement les doutes qu'on aurait pu avoir : j'en veux. Je sais pas trop ce que je veux par contre... mais je le veux vachement fort !

- On... on devrait peut-être... je veux dire... c'est... euh... on... on s'en va ?

Je me souviens qu'il m'a posé une question mais c'est flou, je dois me concentrer pour pouvoir lui répondre tout en fixant le cadavre avec une expression d'animal affamé.

- J'étais toute seule avant d'arriver à Poudlard, mes trois premières lunes je m'en souviens pas, mais j'étais en Louisiane et dans des grandes forêts. Après je suis arrivée ici... ça fait pas longtemps que je suis devenue... euh... ça... et après j'ai... putain pourquoi ça sent si bon ?



© Jawilsia sur Never Utopia





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 534


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Ven 29 Mai - 13:52

J'écoute pas vraiment sa réponse, trop longue, concentré sur l'éclat qui est apparu dans ses yeux. Ah tiens, j'avais pas pensé à l'effet d'une charogne sur un odorat impressionnable. Sa posture a changé, on dirait un animal aux aguets. J'espère qu'elle va pas se mettre à baver... bah, c'est pas si grave si elle se transforme, si ? Ça m'empêchera pas de rentrer à mon camion boire mon petit déjeuner. Et si elle raconte à ses prof qu'un vieux type chelou l'a conduite devant une charogne, qu'elle s'est transformé et qu'elle a tué des gens pendant que je me touchais la bite chez moi ? … ça va m'attirer des problèmes ça. D'ailleurs, j'suis p'tète déjà en plein dedans. Faut que j'arrête de la prendre pour une copine de meute, pas oublier que c'est une élève de Poudlard. Ils sont pointilleux ces gens là.
Oh et puis merde, moi aussi j'aime l'odeur des charognes.

Je recule doucement derrière un arbre pendant qu'elle parle. Elle ne me regarde pas, de toute façon. Mon esprit est parti sur un autre objectif. J'enlève mon pull puis je me transforme. C'est comme un grand éternuement à l'envers. Désagréable, mais bref. Aussi simple que changer de slip. Je suis toujours moi, mais un moi très con, très en colère et surexcité. Un gros loup gris avec un regard de psychotique.
Je trottine silencieusement vers le cadavre de cerf. C'est comme une aurore boréal d'odeur. Je me roule dedans en y mettant un plaisir évident. Ça me paraît logique de faire ça. Après, pour faire un coup de frime, je prends un os entre mes crocs, et le brise net avec des mâchoires nettement plus puissantes que celles d'un loup de base. J'aime le bruit que ça fait. Il faudrait trouver un humain pour lui faire pareil.

Je fixe la jeune fille avec insistance, les oreilles dressées. C'est malpoli de rester sous cette forme en ma présence. Je commence à gronder. J'ai pas l'habitude de ce genre de situation, mais d'expérience on peut tout régler avec un comportement agressif. Je la tuerais pas, évidemment, mais je connais beaucoup de façon de me rendre désagréable. Je vais pas me laisser emmerder par un louveteau.


I'll drink water till I die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucie A. Mantion
ϟ Messages : 65
ϟ Gallions : 554


MessageSujet: Re: Moment de poésie.   Dim 31 Mai - 21:57






Moment de Poésie...
feat Jack Fitzgerald





C'est fou tout ce qu'on peut apprendre rien qu'avec son nez quand même. Je sais que la charogne est là depuis plusieurs heures, qu'il va se remettre à neiger d'ici quelques minutes, qu'on aura de la soupe de légume et de la viande fumée pour le déjeuner, quelqu'un a fait brûler une fournée de pain, qu'un lapin se cache à une centaine de mètres... et que le loup qui me dévisage en rongeant son os et en grondant... c'est le mec bizarre que j'ai rencontré un peu plus tôt. Je me retourne quand même histoire d'être sûre de moi... disparu. C'est bien lui...

Je me sens trahie. Il doit savoir à quel point je lutte contre ma nouvelle nature, ça doit se voir, se sentir... surtout pour un mec expérimenté de la chose comme il semble l'être ! Il fait exprès ? Il a fait exprès de me montrer ce cerf et de se changer pour que je me transforme à mon tour ? Je serre les poings pour calmer les tremblement qui agitent mes mains... la louve réclame son bol d'air frais.  Je recule d'un bond comme si j'avais peur du loup mais je veux juste m'éloigner de cette scène, de ces images, ces odeurs... Mais le grognement de Loup-Jack fait réagir ma louve. Elle a déjà un Alpha, elle refuse de permettre à qui que se soit d'autre de la menacer sur ce ton. Pendant une seconde, l'ironie de la chose me fait sourire intérieurement. Madame la louve est vexée qu'un autre loup que Lazar lui gronde au museau... alors qu'elle-même ne fait que gronder en permanence. Amusant... Effrayant surtout, en tout cas pour moi... je n'arrive pas à la contrôler...

Je plonge ma main dans ma poche pour y caresser la texture rassurante de la vieille photo de Maman que j'ai toujours sur moi... sauf aujourd'hui... merde... j'ai dû la laisser dans ma veste... quelle conne !

Pas de photo, pas d'Alpha, une charogne, un loup qui gronde... j'vais jamais y arriver, elle va sortir... du coup je fais la seule chose à faire dans ce genre de situations : je panique.

Je recule encore en détournant précipitamment le regard, les larmes me montent aux yeux et je répète "non non non non non non non non non non non non non non non non" non-stop comme une incantation druidique. Mais ça ne sert à rien. C'est même pire en fait : la louve sent ma peur... elle pousse plus fort... mes yeux changent de couleur... trop tard. Je sombre dans l'obscurité glacée de l'inconscience pendant qu'elle met mon corps au supplice afin de révélé ce qui est désormais ma seconde forme...

**********

Elle lève le museau tout en regardant autour d'elle, flaire toutes les directions puis pose son regard brûlant sur le loup qui la regarde fixement. Il gronde. Un grognement similaire se fait entendre, il roule dans sa gorge à elle, la petite louve à la robe claire qui e campe fermement sur ses pattes en prévision d'une attaque... qui ne vient pas.

C'est lui, le mâle qu'elle a senti à travers mes narines, celui qui se vautrait dans sa propre urine un peu plus tôt. Il la répugne. Il est à l'origine de questionnements dans mon esprit, elle ne les comprend pas et ça l'énerve, se sont des questions. Les loups ne se posent pas de questions. Ils vivent à l'instinct, n'écoutent que lui et agissent en conséquence. Ils lui obéissent. La seule chose qui peut, à la rigueur, aller à l'encontre le l'instinct, c'est l'Alpha. Lui, il n'est qu'un mâle errant. Il n'a ni l'odeur de la meute, ni celle d'une autre meute. Un mâle errant, un challenger. Il vient pour voler le gibier et les femelles, il vient pour arracher sa place à l'Alpha. Et il rajoute des secrets dans ma tête. Il doit mourir.

La louve se jette subitement sur le mâle en poussant un grognement terrible. Elle referme ses mâchoires d'un claquement sec destiné à arracher la gorge de Jack, mettant ainsi fin à toutes ces questions désagréables...




© Jawilsia sur Never Utopia





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Moment de poésie.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Moment de poésie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» En ce moment à la télé...
» Un moment de déprime [Libre]
» Un petit moment de réconfort
» Mash sur direct 8 en ce moment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritier des Ténèbres :: Poudlard :: Extérieur :: Forêt Interdite-