RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Schizophrénie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jack Fitzgerald
ϟ Messages : 45
ϟ Gallions : 650


MessageSujet: Schizophrénie.    Sam 16 Mai - 11:04

Je bois tranquillement mon petit déjeuner, assis près de mon camion garé au milieu de la forêt, nu. La nuit a été agitée – pas comme t'imagine espèce de dégueulasse. J'ai exploré les bois sous forme lupine, ivre mort, comme j'aime le faire. Après quelques heures de sommeil (coma ?) et que la nausée soit assez passée pour que j'envisage de garder quelque chose dans mon estomac, j'attaque donc la journée avec un double whisky bien tassé. 'fin, quand je parle de journée, on est en fin d'aprem en fait. J'ai pas vu de matinée depuis que j'ai quitté l'école, comme tout alcoolique de bonne facture – quoiqu'on s'y met à quarante ans après un divorce, en général. Mais c'est pas pour ça que j'ai rien à faire.

Comme souvent, mon petit chez moi est plein à ras bord d'objets volés. Là, l'idée de con, c'est que j'ai des plaques en verre anti-vol sur le toit, travaillées par des gobelins. Une commande d'un bourge paranoïaque, ça a pas été simple à récupérer, il veut les fenêtres les plus sécurisantes du monde. Parfaitement transparentes, incassables, ça fait deux jours qu'elles sont là à prendre le vent et....

« BAM »

Voilà le problème : génocide aviaire. Au moins ça me fait à bouffer gratos, sans avoir à me fouler. J'ai qu'à récupérer les cadavres d'oiseaux qui se sont assommé dessus. Le bruit est assez désagréable, quand même, je sursaute à chaque fois. Mais bref. Je m'avance pour ramasser le pigeon idiot qui vient de rencontrer son créateur, et... c'est un superbe faucon pèlerin en fait. Pas de doute possible, le ventre blanc, les gros yeux jaunes, la jolie petite tête profilée. J'ai connu un fan d'ornithologie une fois, il passait son temps à confondre les oiseaux chiants avec des rapaces, tellement il espérait en voir. Plus classe qu'un pigeon, effectivement. Bon, l'espèce est encore plus rare maintenant, ça me fait un peu chier d'en avoir tué un...
Ah non, pas mort.
Il est tellement pas mort qu'il me donne un coup de bec dans la main, en embarquant un bout de viande, et qu'il essaye de redécoller. Mais il saigne du bec et une de ses ailes est cassée. Ça doit pas lui faire du bien de s'agiter comme ça.

- Bouge pas petit, j'vais donner un coup de baguette là dessus.

On dirait presque qu'il comprend ce que je dis, parce qu'il arrête de sautiller partout et qu'il me laisse réparer son aile. Comme il a l'air dans les fraises, je le ramène dans le camion pour lui donner de l'eau. J'suis pas expert des traumatismes crâniens non plus, je vois pas trop quoi faire à part attendre que ça passe. Le travail en est d'autant facilité que l'animal ne tente pas de m'arracher les doigts avec son petit bec pointu. Il se contente de... me regarder. Je le pose sur un coussin avec un petit bol d'eau.
Si j'avais l'esprit tordu, j'dirais que l'oiseau vient de siffler en matant mon cul. Comme j'ai effectivement l'esprit tordu, j'enfile un slip. Je trouve qu'il a le regard baladeur, cet oiseau. Putain j'deviens cinglé. C'est moi où il vient de faire un bruit qui sonne comme de la déception ? Faut vraiment que j'arrête de boire seul. Comme si j'allais vraiment le faire. Hin hin.

- Ecoute j'fais ça qu'avec les humaines. Ou alors t'es un oiseau gay et c'est encore moins mon truc. 'fin je vais faire des trucs, repose toi et bousille pas tout, OK ?

Mais pourquoi je parle à un putain de piaf ? Je devrais vraiment me trouver des amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chester Arctor
ϟ Messages : 29
ϟ Gallions : 665


MessageSujet: Re: Schizophrénie.    Sam 16 Mai - 19:11

Je volais, tranquille, pour aller espionner les p'tits loup-garou royaux, et j'sais pas ce qui m'est arrivé mais je me suis mangé comme un mur invisible de plein fouet. C'était douloureux. J'ai rebondi contre le toit d'une camionnette mangée de rouille avant de m'écraser sur l'humus de la forêt. Ce qui m'a surtout paniqué c'est que mon aile droite n'a pas tenu le coup, et que je suis droitier, comme de juste. Compliqué pour se soigner tout seul, quoi. Un type à poil est venu me ramasser, mon premier réflexe a été de lui massacrer la main, parce que j'suis un animal sauvage libre et gracieux qui se laisse pas trimbaler comme le premier poulet venu. Il a pas bronché et... oh, c'est un sorcier ! Et il me soigne instantanément. Un sorcier sympa. Le tas de boue lui appartient, visiblement, puisqu'il me ramène dedans – je me laisse faire par pure curiosité malsaine. Et l'intérieur.... oh làlà. Chez moi c'est moche et crado aussi, mais c'est moche et crado avec des moyens. Je touche un salaire mensuel après tout. Ici, l'intérieur est miteux comme si un gros pauvre pas très doué en magie s'était occupé de la déco. Et l'hôte a l'air assez amoureux des moldus, sans avoir grandi parmi eux. Il y a une lampe de chevet allumée, par exemple, au lieu de la classique torche éternelle, mais son possesseur n'a pas pensé à la brancher sur une prise pour plus de réalisme... et il y a de l'alcool. Massivement. Partout. Par-tout, on te dit. Plus de bouteilles vides que de pleines d'ailleurs.
Quant à l'occupant, il est euh... indéniablement de sexe masculin. Il a un sexe en tous cas, sûr à 100%. Ce con là m'a posé sur une table, avec un coussin pour pas que je me fasse mal à mes petites pattes, et du coup j'ai sa bite juste sous mon nez. Je me plains pas remarque, le régime alcool l'a pas encore totalement détruit, quoiqu'il a déjà le visage bien abîmé du buveur récidiviste, et j'apprécie beaucoup les tatouages/cicatrices de morsure qui donnent un charme assez viril à l'ensemble. Je profite pas de ma forme d'oiseau pour mater d'habitude – sauf pour mon ex-femme, qui a hélas pigé le truc depuis un moment – mais ça serait con de pas profiter. P'tète un poil maigre, mais une musculature jolie, quoique bizarre. J'aimerais bien avoir la même, mais mis à part un peu au niveau des épaules – rapport au fait que je bats des bras à longueur de journée – j'suis plutôt taillé sur le modèle « vie oisive ». J'suis assez défoncé pour estimer que siffler le spectacle est une bonne idée. Le mec me regarde d'un air soupçonneux, mais comme les oiseaux sont pas censés mater les culs, je finis par dehors à coups de pied. Il enfile un slip. Rôôôôh.

Comme il s'imagine être tout seul, et qu'il a visiblement déjà commencé l'apéro, il m'explique qu'il est pas zoophile – j'aime autant parce que mon colon est pas assez souple pour une performance pareille. Il affirme bien qu'il le fera encore moins si je m'avère être un mâle – dur à dire avec les oiseaux, j'avoue -, mais ils disent tous ça avant de me rencontrer... nan je déconne, j'ai que les plans cul pourris de la honte moi. Je choperai jamais un punk des bois. Du coup j'peux faire la sieste là, en le regardant vivre – en slip. C'est déjà pas mal.

Je me réveille à cause du boucan. On m'a déplacé en haut d'un meuble pendant mon sommeil, j'ai vraiment dû abuser au niveau des calmants pour comater à ce point là. Maintenant il y a plein de monde dans la camionnette, de la musique de barbare, et des bruits de verre brisé. Ils ont tous des looks de folie. Quelqu'un a posé une cuisse de lapin crue à coté de moi. Personne sait que je suis un humain, donc je me permets de faire le dégueulasse et de la manger. J'entends plein de cris ravis. On me chope pour me mettre sur un poignet comme si j'étais une peluche. On me balade dans tout le salon. J'ai jamais été aussi populaire.
J'avoue que je suis pas du genre fêtard. Trop déprimant pour que les gens aient envie de m'inviter, puis j'ai jamais vraiment chopé le coup. A l'école j'étais genre premier de classe, pauvre et né-moldu, autant dire que j'avais pas beaucoup d'amis. Maintenant ça m'arrive de sortir, mais pour choper, soit du cul, soit de la drogue, et j'finis toujours avec l'obèse fétichiste des chaussures d'hommes qui dégoûte tout le monde. Mon hôte n'est visiblement pas dans ce cas. Il a l'air un peu bête et gentil, donc ça marche du feu de dieu pour lui. Même avec les filles, et même en ayant remis des vêtements. Sale connard. 'fin... je vois de l'argent changer subtilement de main à un moment – alors qu'une gonzesse avec des dents en moins est en train de me caresser la tête en gazouillant que je suis mignon. Ah mais... je vois des objets magiques dans une caisse avec un cadenas de bien meilleure qualité que tout le mobilier réuni. Tiens tiens. Avec mon « flair » légendaire, j'suis encore tombé dans un truc complètement illégal. J'vais pas perdre ma soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Schizophrénie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Louis Wain...et ses célèbres chats !
» Les chroniques d'une mission échouée en trois chapitres
» Tolkien, le Génie
» Je ne suis pas un doudou ni un nounours. [spécial Schizophrénie]
» Captain Deadpool: Le soldat de la schizophrénie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritier des Ténèbres :: Poudlard :: Extérieur :: Forêt Interdite-